« Collaboration », de Ronald Harwood, Théâtre des Variétés à Paris

Collaboration © Bernard Richebé

Zweig et Strauss dans la tourmente nazie

Par Florent Coudeyrat
Les Trois Coups

À partir de la rencontre au sommet entre Richard Strauss, plus grand compositeur de son temps, et l’écrivain Stefan Zweig, Ronald Harwood s’interroge sur les rapports troubles entre l’art et la politique, ou sur la frontière poreuse entre compromis et compromission. Malheureusement, la confrontation attendue entre les deux artistes manque quelque peu d’intensité.

Grand succès de la saison 1999 à Paris, la pièce À tort et à raison (Taking Sides) de Ronald Harwood, traitait du rôle et de l’attitude du chef d’orchestre allemand Wilhelm Furtwängler pendant la période nazie en Allemagne. Il s’attaque cette fois-ci à deux personnalités plus connues encore, dans une volonté de réhabiliter la position ambiguë de Richard Strauss face au régime totalitaire.

Du fait de l’importance historique des compositeurs germaniques et de l’intérêt personnel du Führer lui-même, la musique constitue un véritable enjeu de propagande et d’affirmation idéologique pour le pouvoir nazi. Honoré par un régime qui choisit de l’utiliser en opposition aux musiciens « dégénérés » bannis du Reich, Richard Strauss profite de sa notoriété pour s’offrir la liberté de travailler avec qui bon lui semble, et particulièrement avec son nouveau librettiste, Stefan Zweig, de confession juive.

Construite chronologiquement, dans une mise en scène classique et sans surprises, la pièce débute par la rencontre entre les deux artistes et la femme de Strauss, Pauline de Ahna. Cette cantatrice, interprétée avec conviction et autorité par Christiane Cohendy, révèle un caractère excentrique qui s’oppose à son mari, affable et concentré sur son travail. Le compositeur est présenté comme un homme préoccupé par la défense des siens, au premier rang desquels sa belle-fille juive menacée et son librettiste dont il impose le nom sur les affiches de leur opéra créé en 1935.

Un face-à-face décevant

Mais son face-à-face avec Zweig apparaît bien fade tant la pièce fait silence sur l’indifférence et la passivité de Strauss vis-à-vis des évictions des musiciens juifs ou de la censure des « dégénérés ». À côté du rôle de Strauss considérablement lissé, celui de Zweig peine également à convaincre tant la position pacifiste de l’écrivain n’est guère explorée par l’auteur. La joute attendue fait place à des échanges consensuels, et les deux comédiens principaux (Michel Aumont et Didier Sandre) ont bien du mal à tirer leur épingle du jeu.

La pièce rebondit quelque peu dans sa deuxième partie avec l’accélération du récit, portée par la lente disgrâce du compositeur, le suicide de l’écrivain et le procès en dénazification. La grande histoire rejoint les destins individuels, et on se prend à s’intéresser à ces regards crépusculaires, métaphores d’un monde finissant. Dès lors, Michel Aumont impressionne par sa capacité à donner à son personnage une subtile fébrilité à laquelle la musique de Strauss fait écho en bande-son, avec l’un des tout derniers lieder écrits pour soprano, le timbre de voix de sa femme toujours présente à ses côtés.

Oscarisé pour le scénario du film le Pianiste de Roman Polanski, Ronald Harwood voue une véritable fascination pour la période de l’entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale. Force est cependant de constater qu’il peine à captiver au-delà du contexte de cette période dramatique de l’histoire européenne. 

Florent Coudeyrat


Collaboration, de Ronald Harwood

Mise en scène : Georges Werler

Avec : Michel Aumont, Didier Sandre, Christiane Cohendy, Stéphanie Pasquet, Patrick Payet, Sébastien Rognoni, Éric Verdin

Réalisation costumes : Pascale Bordet

Décors : Agostino Pace

Lumière : Jacques Puisais

Photo : © Bernard Richebé

Théâtre des Variétés • 7, boulevard Montmartre • 75002 Paris

Site du théâtre : http://www.theatre-des-varietes.fr

Réservations : 01 42 33 09 92

Du 6 septembre 2011 au 1er janvier 2012 à 20 h 30, samedi à 21 heures, dimanche à 16 h 30, relâche le lundi

Durée : 1 h 45

65 € | 57 € | 49 € | 39 € | 22 €