Entretien avec Évelyne Renault, bénévole à Viens dans mon île

Évelyne Renault © Rodrigue Laurent

« Qu’est-ce qu’on se marre ! »

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Rencontre avec Évelyne Renault, responsable de la restauration.

Vous êtes bénévole à Viens dans mon île depuis le début ?

Oui, depuis la première édition, en tant que responsable de la restauration des partenaires. Cette année, avec mon équipe d’une quinzaine de serveuses, nous devons préparer et servir 250 repas pour le premier soir. Et à chaque soirée, son repas. Le but ultime, c’est la satisfaction des partenaires. Ils doivent passer un bon moment et avoir fini de manger pour assister au concert de la tête d’affiche, même s’ils sont bien sûr libres d’aller et venir pour assister aux autres concerts depuis les tribunes qui leur sont réservées.

Cette mission a-t-elle un lien avec vos activités professionnelles ?

À la retraite depuis peu, j’étais chef de rang dans un restaurant 3 étoiles aux Herbiers. Alors, oui, je sais faire ! Comme mon mari, d’ailleurs, bénévole à la sécurité, et gendarme à la retraite ! On connaît le boulot !

En quoi votre mission est-elle délicate ?

Nous ne devons pas décevoir les partenaires. Certains contribuent au financement ou soutiennent le festival par des prêts de matériel, la mise à disposition de compétences. D’autres invitent des clients en guise de remerciement ou pour affaires. En France, le repas est important, car source de convivialité. Il nous faut donc assurer. À L’Île-d’Yeu, nous avons la chance d’avoir d’excellents artisans locaux. Et pas de dîner sans produits de la mer, par exemple. Le service doit aussi être impeccable, rapide et agréable. Impensable de servir dans des assiettes en carton. C’est pourquoi la mairie nous prête un service complet de vaisselle.

Concrètement, qu’est-ce que cette activité bénévole vous apporte ?

Je ne vous cache pas qu’il y a parfois des coups de gueule, parce qu’il faut être efficace, mais l’ambiance est très chaleureuse. Et qu’est-ce qu’on se marre !

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

Il y en a beaucoup. Rétrospectivement, je pense à Cali qui a finit la soirée avec l’équipe, après son concert mémorable, dans l’espace chapiteau, pour discuter avec nous et partager des anecdotes jusqu’au bout de la nuit. Un grand moment, car, à la restauration, contrairement aux techniciens, par exemple, nous n’avons pas de contact direct avec les artistes. C’est à eux de venir nous voir. Heureusement, nous nous ménageons toujours une petite pause pendant le service, à tour de rôle, pour assister à des bouts de concert. Plus récemment, je peux vous parler d’un fou rire suite à une longue journée de travail. De fatigue, j’ai fini allongée sur la table ! Et le souvenir le plus émouvant : pour la première partie de Yannick Noah, j’ai soutenu ma fille, chanteuse du groupe îslais Sweety Sleepy Slam. Je ne suis pas peu fière de l’avoir applaudie dans le cadre d’un festival pareil ! 

Propos recueillis par
Léna Martinelli


Viens dans mon île, 2015

http://www.viens-dans-mon-ile.com/

contact@viens-dans-mon-ile.com

La Citadelle • 85350 L’Île-d’Yeu

Accès fléchés depuis Port-Joinville

Du 4 au 8 août 2015 à 20 heures

  • Mardi 4 août 2015 à 20 heures : Sweety Sleepy Slam, Epsylon, Yannick Noah
  • Jeudi 6 août 2015 à 20 heures : Caïman Philippines, Shaka Ponk
  • Samedi 8 août 2015 à 20 heures : Aymeric Maini, Cats and Trees, Bénabar

Pass 3 jours 98 € | le 4 août : 39 € | le 6 août : 39 € | le 8 août : 39 €

Tarif moins de 12 ans : 15 € par soirée et accompagné d’un adulte

Place en gradin : + 15 € par soirée et par billet

Navettes spéciales de la Compagnie vendéenne (départ : Saint-Gilles-Croix-de-Vie chaque soir à 18 heures et retour en fin de spectacle ou le lendemain matin) à 10 € l’aller-retour • Depuis Fromentine, L’Île-d’Yeu est aussi accessible par Yeu Continent

www.compagnievendeenne.com • 0825 139 085

www.compagnie-yeu-continent.fr

Photo : © Rodrigue Laurent