Entretien avec Geneviève Boltoukhine, bénévole à Viens dans mon île

Geneviève Boltoukhine © Rodrigue Laurent

Il faut être dans le jus. Tout le temps ! »

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Rencontre avec Geneviève Boltoukhine, responsable de la billetterie, branchée sur 2 000 volts.

Tu es bénévole à Viens dans mon île depuis le début ?

Tout à fait ! Mon mari et moi faisons partie du bureau depuis la première édition.

Cette mission a-t-elle un lien avec tes activités professionnelles ?

Pas du tout ! Je suis mère au foyer. Je fais d’ailleurs partie des rares personnes à ne pas habiter L’Île-d’Yeu. Comme je viens de Rennes, je participe aux réunions par Skype. Et heureusement, il y a une équipe d’enfer sur place. Nous sommes une douzaine de personnes chargées de cette mission billetterie, avec deux autres personnes responsables sur L’Île-d’Yeu qui m’aident beaucoup dans ma mission.

Puisque tu es là depuis le début, tu peux nous parler de l’évolution en matière d’organisation ?

C’est de mieux en mieux. Avant, on prenait les réservations sans ordinateur. Maintenant, tout est informatisé, ce qui permet l’édition de billets et d’éviter les longues files d’attente avant les concerts. De plus en plus de personnes achètent aussi leurs places via Internet.

Quelle nouveauté pour la billetterie cette année ?

L’investissement de l’association dans une remorque, qui permet une présence accrue sur le port, à toutes les occasions (marchés, fêtes…), et donc un meilleur étalement des ventes. Avant, il nous fallait monter et démonter le barnum, tout installer ; c’était fastidieux.

Puisque tu es en contact direct avec le public, peux-tu nous faire part de l’accueil général ?

Les gens sont ravis des propositions. Le festival est connu maintenant, y compris en face, en Vendée. Pour la première fois cette année, des personnes nous ont même demandé confirmation des dates dès le printemps pour réserver leur venue, et donc leur hébergement, pendant la semaine de programmation.

À ce jour, reste-t-il des billets en vente ?

Cette année, il y a des places disponibles chaque soir, ce qui permet de satisfaire les retardataires. Les réservations sont bien équilibrées. En effet, ce n’est pas toujours évident de gérer les places sur tous les concerts, car la demande peut être forte sur certains noms. Par exemple pour M, en 2013, nous avons dû refuser de nombreuses personnes, cela dès le lendemain de mon arrivée, fin juillet. À la Citadelle, pour des questions de sécurité, nous ne pouvons accueillir que 2 500 personnes. Cela va vite !

Concrètement, qu’est-ce que cette activité bénévole t’apporte ?

Humainement, je trouve ça très sympa. L’ambiance est bonne, malgré le stress. C’est parfois électrique, mais on rit beaucoup. Il faut être dans le jus. Tout le temps ! D’ailleurs, grrr… j’ai un problème de branchement ! Je dois appeler Jean‑Michel pour me sauver la mise. Comment je fais, maintenant, sans électricité avec mon ordinateur ?! 

Propos recueillis par
Léna Martinelli


Viens dans mon île, 2015

http://www.viens-dans-mon-ile.com/

contact@viens-dans-mon-ile.com

La Citadelle • 85350 L’Île-d’Yeu

Accès fléchés depuis Port-Joinville

Du 4 au 8 août 2015 à 20 heures

  • Mardi 4 août 2015 à 20 heures : Sweety Sleepy Slam, Epsylon, Yannick Noah
  • Jeudi 6 août 2015 à 20 heures : Caïman Philippines, Shaka Ponk
  • Samedi 8 août 2015 à 20 heures : Aymeric Maini, Cats and Trees, Bénabar

Pass 3 jours 98 € | le 4 août : 39 € | le 6 août : 39 € | le 8 août : 39 €

Tarif moins de 12 ans : 15 € par soirée et accompagné d’un adulte

Place en gradin : + 15 € par soirée et par billet

Navettes spéciales de la Compagnie vendéenne (départ : Saint-Gilles-Croix-de-Vie chaque soir à 18 heures et retour en fin de spectacle ou le lendemain matin) à 10 € l’aller-retour • Depuis Fromentine, L’Île-d’Yeu est aussi accessible par Yeu Continent

www.compagnievendeenne.com • 0825 139 085

www.compagnie-yeu-continent.fr

Photo : © Rodrigue Laurent