« George Dandin », de Molière, Théâtre du Bélier à Avignon

Une mise en scène pure comme la glace

Par Vincent Cambier
Les Trois Coups

Je ne vais tout de même pas vous raconter la pièce de Molière ! Vos années scolaires ont assumé cette besogne, fastidieusement. À vous dégoûter.

« George Dandin » © D.R.
« George Dandin » © D.R.

Ici, ça n’a rien à voir. Le jeune et stupéfiant Philippe Labonne signe une mise en scène contemporaine, bourrée de trouvailles, pure comme la glace, romantique, d’une précision aiguë d’entomologiste. Vous découvrez avec ravissement un Dandin de chair et de sang, enfin humain, dans une farce cruelle et tragique.

De son côté, Yann Karaquillo compose, avec une science bouleversante, un George Dandin vaniteux et blessé, rendu fou, « parvenu » écrasé d’humiliation par les « nobles » Sottenville (superbes Laure Siriex et Jean‑Paul Daniel), Nosferatu amoureux égaré parmi les hommes, incandescent qui se noie pour éteindre les braises qui le consument.

Nadine Béchade (Angélique) interprète avec panache une douce guerrière moderne, dont le cœur saigne d’un mari imposé, et qui veut avec acharnement sa part de bonheur, avec ou contre Dandin.

Un des spectacles les plus étonnants du Off 1999. 

Vincent Cambier


George Dandin, de Molière

Le Théâtre en Diagonale

Mise en scène : Philippe Labonne

Avec : Nadine Béchade (Angélique), Yann Karaquillo (George Dandin), Laure Siriex (Mme de Sottenville), Jean‑Paul Daniel (Sottenville), N. Maury (Lubin), E. Hiron (Claudine), D. Gauchard (Clitandre) et T. Aymard (Colin)

Théâtre du Bélier • 53, rue du Portail-Magnanen • Avignon

À 20 h 45 (1 h 20)