« Grands Prix de la Critique 2018 », de l’Association professionnelle de la critique de théâtre, musique et danse à Paris

Tous-des-oiseaux-Wajdi-Mouawad

Palmarès Grands Prix de la Critique 2018

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Le Syndicat professionnel de la critique vient de dévoiler le palmarès des 55Grand Prix.

Fondé en 1877, le Syndicat professionnel de la critique, devenu Association professionnelle de la critique de théâtre, musique et danse, regroupe aujourd’hui 145 journalistes ou chroniqueurs de la presse écrite et audiovisuelle, française et étrangère.

Le palmarès de ses Grands Prix, créés en 1963, est le fruit du vote de l’ensemble de ses membres et a pour but d’attirer l’attention sur les réalisations et les artistes les plus marquants de la saison.

 Palmarès Théâtre

  • Grand Prix : Tous des oiseaux, de Wajdi Mouawad, Actes Sud.
  • Prix Laurent-Terzieff (meilleur spectacle présenté dans un théâtre privé) : Seasonal Affective Disorder, mise en scène de Lélio Ploton (Théâtre du Lucernaire).
  • Prix Georges-Lerminier (meilleur spectacle créé en province) : Saïgon, de Caroline Guiela Nguyen (Compagnie les Hommes approximatifs / La Comédie de Valence/ l’Odéon-Théâtre de l’Europe) (lire ici et ici).
  • Meilleur spectacle étranger : Tristesses, d’Anne-Cécile Vandalem.
  • Prix Jean-Jacques-Lerrant (révélation théâtrale de l’année) : Pauline Bayle pour Iliade – Odyssée, d’après Homère (Compagnie À Tire-d’aile / Théâtre de la Bastille).
  • Meilleure création d’une pièce en langue française : Les Ondes magnétiques, de David Lescot (Comédie-Française – Théâtre du Vieux Colombier), Actes Sud.
  • Meilleure comédienne : Anouk Grinberg dans Un mois à la campagne, de Tourgueniev, mise en scène d’Alain Françon (Théâtre des nuages de neige / Théâtre Montensier / Théâtre Déjazet).
  • Meilleur comédien : Benjamin Laverhne dans les Fourberies de Scapin, de Molière, mise en scène de Denis Podalydès (Comédie-Française).
  • Meilleure création d’éléments scéniques : Emmanuel Clolus pour Tous des Oiseaux, texte et mise en scène de Wajdi Mouawad.
  • Meilleure musique : Vincent Cahay et Pierre Kissling pour Tristesses, d’Anne-Cécile Vandalem.
  • Meilleur livre sur le théâtre : Qu’ils crèvent les critiques !, de Jean-Pierre Leonardini (Les Solitaires Intempestifs).

Palmarès Danse

  • Grands Prix (ex-aequo) : Find Now, d’Andrew Skeels (Théâtre de Suresnes Jean Vilar / Festival Suresnes Cités Danses) ; Crowd, de Gisèle Vienne (DACM, Compagnie Gisèle Vienne).
  • Meilleure compagnie : le Ballet du Canada, direction artistique Karen Kain pour Nijinsky de John Neumeier, Transcendanses (Théâtre des Champs-Élysées).
  • Personnalité chorégraphique de l’année : Bruno Bouché, directeur du CNN / Ballet de l’Opéra du Rhin.
  • Meilleur interprète : Hofesh Shechter (Théâtre des Abbesses).
  • Meilleurs livres sur la danse (ex-aequo) : Danser avec l’invisible, de Akaji Maro, Riveneuve Éditions; Poétiques et politiques des répertoires, les danses d’après, d’Isabelle Launay, Éditions Centre national de la danse.
  • Meilleurs films sur la danse (ex-aequo) : Louise Lecavalier, Sur son cheval de feu, réalisation de Raymond St-Jean (Ciné Qua non Média Production, Distribution Film Option International) ; Maurice Béjart, l’âme de la danse, d’Henri de Gerlache et Jean de Garrigues (Arte).

Palmarès Musique

  • Grand Prix (meilleur spectacle lyrique de l’année): Le Domino noir, d’Auber, direction de Patrick Davin, mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq (Opéra-Comique – Paris, Opéra Royal de Wallonie – Liège).
  • Prix Claude-Rostand (meilleur spectacle lyrique créé en province) : Werther, de Massenet, direction de Jean-Marie Zeitouni, mise en scène de Bruno Ravella (Opéra national de Lorraine à Nancy).
  • Prix de l’Europe francophone : Adriana Lecouvreur, opéra de Francesco Cilea, direction musicale de Maurizio Benini, mise en scène de Davide Livermore (Opéra de Monte-Carlo, Opéra de Saint-Étienne, Opéra de Marseille).
  • Personnalité musicale de l’année : le baryton Stéphane Degout.
  • Révélation de l’année : le chef d’orchestre Julien Masmondet.
  • Meilleure création musicale : Pinocchio, opéra de Philippe Boesmans sur un livret de Joël Pommerat, d’après Carlo Collodi, direction musicale d’Emilio Pomarico à Aix-en-Provence, Patrick Davin à Bruxelles (Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, Théâtre Royal de la Monnaie – Bruxelles).
  • Meilleur créateur d’éléments scéniques : Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil, dans le cadre de leur résidence à l’Opéra de Limoges pour les spectacles suivants : Peer Gynt d’Edward Grieg (en co-production avec l’Opéra de Montpellier) ; Schubert-Box sur des lieder de Schubert ; Madama Butterfly de Giacomo Puccini (en coproduction avec l’Opéra de Rouen).
  • Meilleur livre sur la musique (essai) : Le Voyage d’hiver de Schubert, Anatomie d’une obsession, par Ian Bostridge, Actes Sud.
  • Meilleur livre sur la musique (monographie) : Fritz Busch, L’Exil 1933 / 1951, par Fabian Gastellier, Notes de Nuit, Collection « la Beauté du geste »).
  • Meilleure diffusion musicale audiovisuelle : Claude Debussy, Intégrale de l’œuvre (coffret de 33 CD comportant des pièces inédites), texte de présentation de Denis Herlin, Warner classics. 

    Léna Martinelli


Association professionnelle de la critique de théâtre, musique et danse

Site ici

Photo : Simon Gosselin


À découvrir sur Les Trois Coups :

☛ Prix Georges-Lerminier 2016 

☛ Meilleur livre de danse de l’année 2016, par Léna Martinelli