« le Bal du cercle », de Fatou Cissé, cloître des Carmes à Avignon

Fatou Cissé © Antoine Tempé

Défilé de mode

Par Michel Dieuaide
Les Trois Coups

Dans sa première pièce de groupe, la chorégraphe sénégalaise Fatou Cissé tente de détourner le sens du « tanebeer », rituel dansé des femmes des quartiers populaires de Dakar. Un chatoyant essai qui manque sa cible.

Au cours d’un très intéressant entretien avec Renan Benyamina, Fatou Cissé dévoile intelligemment les sources et les enjeux de sa création. Il y est principalement question de son désir de raconter des histoires, de sa passion pour les gestes du quotidien, de son amour pour la beauté des corps et des costumes. Elle souligne son engagement pour l’émancipation des femmes qui font des « manières » pour se libérer des tabous sexistes et sociaux. Elle aspire à rendre compte par la danse, sans cacher rivalités et violences, des contradictions difficiles à surmonter pour la condition féminine. Sa parole est claire, vive, impliquée, mais ne se veut pas revendicative au sens militant du terme. Soit. Qu’en est-il sur scène ?

Deux aires de jeu se partagent inégalement le plateau. Quelques interventions se font depuis la salle. Droit dans les yeux, de près ou de loin, le public est constamment sollicité. Volonté affichée de démonstration et d’empathie. À jardin, sol noir, espace plus réduit, sorte de sas de décompression ou de rupture pour les danseurs. On s’y entraîne, on y répète à l’infini des jeux de prise de pouvoir, on y reprend son souffle ou on y change de vêtement et de coiffure. À cour, un tapis gris clair, embelli par les rutilants éclairages signés Georges Lavaudant.

C’est là que la troupe donne le maximum de son énergie, notamment par d’incessants allers et retours du lointain au bord du plateau. Derrière elle et sur les côtés, accrochée ou jetée sur des portants, une avalanche de tenues flashy. Ce qui se passe dans cet espace plus grand progresse au rythme assourdissant d’une musique binaire vers la séquence majeure, et franchement interminable, d’une chorégraphie qui se moque gentiment des mannequins de mode en talons hauts.

L’impression d’être voyeur

Cela tient du défilé frénétique, mais pas agressif. L’impression s’installe d’être voyeur d’une soirée de night-clubbing, même si un gentil travesti, descendu parmi les spectateurs, tente modestement d’apporter un contrepoint à la déferlante des assauts érotiques des danseuses. Il faut le dire, on est réjoui par les corps, les couleurs et, une fois de plus, les lumières. Les danseuses se dépensent sans répit, avec toujours dans l’œil l’éclat vibrant d’un regard qui cherche à séduire. Mais s’infiltre graduellement la sensation que l’on est en présence d’une bande d’allumeuses.

On se prend aussi à s’alarmer que se déconstruise devant nous le discours exigeant de la chorégraphe Fatou Cissé. A-t-elle, elle également, été fascinée par la beauté de ses interprètes et par leur générosité magnifique ? Que lui est-il arrivé pour qu’en contradiction manifeste avec ses intentions émancipatrices un esprit de boîte de nuit corrompe son projet libertaire ? Fatou Cissé, comme bon nombre de ses collègues contemporains, souhaite déstructurer les corps, les mots et les gestes pour reconstruire. La chorégraphe du Bal du cercle y parvient par instants, mais au prix de mettre à mal le contenu de son travail.

On quitte le spectacle avec beaucoup d’amertume en s’accrochant au souvenir de l’ouverture du bal. Une danseuse apparaissait au milieu des spectateurs, lumineuse et chaleureuse, mêlant mots en langue française et en langue wolof, et souhaitait à tous la bienvenue. Ses mouvements et ses paroles étaient empreints d’humour et d’ironie. On avait envie de la suivre… Ce sera pour la prochaine fois. 

Michel Dieuaide


le Bal du cercle, de Fatou Cissé

Chorégraphie : Fatou Cissé

Avec : Fatou Cissé, Bamba Diagne, Alicia Gomis, Salamata Kobré, Rose Mendy, Marianna Traoré

Scénographie : Jean-Christophe Laquetin

Musique : Yvor Placa

Lumière : Georges Lavaudant

Costumes : Madeleine Sylla

Photo de Fatou Cissé : © Antoine Tempé

Production : Cie Fatou-Cissé, Interarts Lausanne

Coproduction : C.D.C. Toulouse / Midi-Pyrénées, Association Premier Temps

Avec le soutien de : Institut français dans le cadre du programme Aide à la création, Programme Pamoja, Groupe des États A.C.P., soutenu par l’Union européenne

Cloître des Carmes à Avignon

Les 16, 17, 18, 19, 21, 22, 23 juillet 2015 à 22 heures

Durée : 1 h 5

Festival d’Avignon : www.festival-avignon.com

Courriel : festival@festival-avignon.com

Réservations : +33 (0) 4 90 14 14 14 de 10 heures à 19 heures

Tarifs : de 28 € à 10 €