Un puissant somnifère
Par Olivier Pansieri
L’avant-dernière pièce de Shakespeare, dite sur un ton monocorde par des comédiens loin les uns des autres et, plus encore, me semble-t‑il, de cette œuvre sensible, subtile et généreuse. Comme si son metteur en scène Jacques Osinski n’avait retenu de ce « Conte » que « l’hiver ». Un hiver tristounet et bien long.

Dis-moi ce que tu fais, je te dirai qui tu es
Par Audrey Chazelle
Philippe Delaigue, auteur, fondateur de la Comédie de Valence, directeur du département Acteurs à l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, met en scène « le Bonheur des uns », un spectacle musical orchestré par le Quatuor Debussy. Il unit ainsi la musique nord-américaine du xxe siècle aux témoignages d’hommes et de femmes sur leur rapport intime au travail…

Bluffant de virtuosité
Par Aurore Krol
On les appelle les Almodovar belges. Ils ont un humour complètement décalé, des chorégraphies époustouflantes et une vraie originalité. Après « le Jardin » et « le Salon », voici, avec « le Sous‑sol », une trilogie commencée en 2001 qui se clôt.

Une force hors du commun
Par Patricia Lavigne
Après « Littoral », en 1997, et « Incendies », en 2003, Wajdi Mouawad poursuit son exploration du thème de l’héritage et de la transmission avec « Forêts », troisième partie de sa future tétralogie…

J’ai pleuré au théâtre pour la première fois…
Par Jeanne C.
On dit souvent de Jean‑Michel Rabeux qu’il est un provocateur, sans doute parce qu’il dénude quelquefois ses acteurs…

La mise en scène de Schiaretti est une véritable réussite
Par Élise Ternat
Pour la première fois en France depuis son écriture entre 1967 et 1969, « Par-dessus bord » de Michel Vinaver est monté dans son intégralité au Théâtre national populaire de Villeurbanne par Christian Schiaretti, actuel directeur des lieux…

Un « Pinocchio » accusateur plus que responsable
Par Pascale Ratovonony
On ne présente plus la célèbre histoire du pantin de bois qui aspire à devenir petit garçon, devant surmonter pour cela les tentations du mensonge et de la paresse…

Une consomption jouissive et désespérée
Par Pascale Ratovonony
Un enfant de colonisé dans la peau d’un enfant de colon, telle est la paradoxale expérience vécue par le jeune chorégraphe Rachid Ouramdane lorsqu’il se rend au Viêt Nam sur les traces de son père, Algérien enrôlé dans l’armée française lors de la guerre d’Indochine. De ce renversement brutal de perspective naît un étrange objet dansé, à mi-chemin entre la performance d’art contemporain et le témoignage historique. Vital et bouleversant.