« Plaisirs solitaires », de Chloé Lacan, Théâtre Rutebœuf à Clichy‑la‑Garenne

Chloé Lacan © Adeline Poulain

Chanson à soufflet retroussé

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Voilà un genre bien particulier. Normal ! Chloé Lacan est unique. Tour à tour diva, rockeuse ou clown, elle pratique goulûment le mélange des genres, passant avec désinvolture du lyrique au jazz, des envolées tsiganes au disco. Seule en scène, avec pour uniques compagnons un piano, un ukulélé et surtout un accordéon magnifié, elle s’adonne aux « Plaisirs solitaires », un concert où la chanson française a du swing, un spectacle polisson plein d’humour.

Monique Truchard au placard ! C’était elle, la note féminine de La Crevette d’acier, quintette déjanté qui a sorti deux albums et tourné un peu partout pendant une quinzaine d’années. Et puis, bouquet final en juin 2009 pour ce groupe désormais mythique. Depuis, ces énergumènes ont tracé leur route, les uns dans la musique, les autres dans le cinéma ou le théâtre, se retrouvant malgré tout lors de quelques impromptus pour la plus grande joie de leurs fans.

Chloé Lacan n’a pas pour autant quitté son accordéon, dont elle est tombée amoureuse. Ils se sont rencontrés tard tous les deux, quand elle avait vingt ans, à un concert de Bratsh, et ce fut un vrai coup de foudre. Depuis, en dehors d’escapades avec le groupe Les Femmes à bretelles, elle se produit en solo. S’adonnant aux Plaisirs solitaires (c’est le nom de son nouveau spectacle), elle se raconte tout en pudeur et fantaisie à travers une dizaine de chansons intimistes, qu’elle a, pour la plupart, écrites et composées. Avec son fidèle compagnon, fier de n’être plus cantonné au statut d’instrument à vent ringard.

Un talent hors norme

Artiste complète, Chloé est une instrumentiste aguerrie doublée d’une chanteuse exceptionnelle. Elle est d’ailleurs la dernière double lauréate des découvertes Alors chante, une manifestation de Montauban qui a révélé, entre autres, Jeanne Cherhal. Elle y a reçu le prix du Public et des Professionnels. Bercée par la chanson française (Barbara, Brel, Brassens, Boris Vian, Colette Magny), passionnée de musique tsigane, elle ne recule devant aucun registre, même le polyphonique. D’où un répertoire bigarré.

Elle a un charme fou, cette fille-là ! Ce qui plaît chez elle ? Sa voix, évidemment, et la qualité de son interprétation, son univers bien à elle (quelque part entre celui de Nina Hagen et d’Amélie Poulain), sa gouaille, sa personnalité fringante. Ce petit brin de femme a du frisson dans la voix, et pas la langue dans sa poche. Très cul… tivée, cette Chloé. Elle brasse un répertoire très large et n’en rate pas une, mêlant le burlesque au sentimental. Car elle aime les chansons d’amour : les vieilles, qu’elle chante avec une voix nasillarde, les très vieilles qu’elle entonne avec une facilité désarmante, et les grivoises à faire rougir un bar entier de filles de joie. Attention ! Oreilles chastes s’abstenir. Elle peut être salace, même garce. Mais jamais vulgaire.

Culottée et bien dans ses bottes

Belle, coquine, touchante aussi, dotée d’un humour ravageur (voir son désopilant I Will Survive), Chloé reste seule. Culottée et bien dans ses bottes avec ça ! Car le célibat, le refus de la maternité, elle assume complètement. Choisir entre un homme et un accordéon ? Elle « se tâte »… Oui, elle ose le dire ! Croyez-vous qu’un ange passe alors dans la salle ? Que nenni ! On la sent vibrer… la salle, mais aussi la chanteuse qui nous fait bien comprendre ce que signifie « se palucher ». Quant au rapport charnel qu’elle entretient avec son instrument, on l’envie presque : les boutons de nacre, le clavier qui brille, le soufflet si expressif… Plus connu sous le terme de piano à bretelles, n’appelle-t-on pas aussi l’accordéon un « branle-poumons » ?!

Les textes sont drôles mais souvent désespérés. Chloé n’hésite pas à réécrire les contes de fées pour ramener les jeunes filles à la raison parce que, dans sa chanson, « le Prince charmant préfère les garçons, Blanche-Neige picole de toute façon, Cendrillon prend des cachetons ». Pas vindicative, mais un poil féministe, la chanteuse brise des tabous encore bien vivaces, dénonce les diktats de la beauté et du jeunisme et ne se fait plus guère d’illusions. Rimes inspirées et rythmes bien pensés aident à avaler la pilule, car non seulement ce qu’elle nous dit sonne juste, mais elle a l’art et la manière d’évoquer ses angoisses, ses vicissitudes. Un regard, une mimique, une posture suffisent pour exprimer toute une palette d’émotions. Sur le fil. Car le théâtre, Chloé est tombée dedans toute jeune. C’est donc aussi une très bonne comédienne.

Un talent hors norme, donc, que cette artiste-là. D’abord, parce qu’elle est bigrement douée. En plus, parce que son cœur déborde. Elle qui chante son « envie sourde et folle de ne pas être pareille », nous offre là un hymne à la vie où primerait le droit à la différence. Une soif de liberté clamée sans grandiloquence, mais avec panache. Ses chansons racontent des histoires simples, dessinent des personnages comme vous et moi. Avec quelle générosité !

Chloé aime les gens, cela se voit. Et les gens l’aiment, cela s’entend. Les bravos n’en finissent pas. Et l’on voudrait que ce spectacle ne s’arrête pas déjà. Décidément, ces plaisirs solitaires gagnent à être partagés ! 

Léna Martinelli


Plaisirs solitaires, de Chloé Lacan

www.chloelacan.fr/

www.myspace.com/chloelacan

Musiques : Chloé Lacan

Textes : Chloé Lacan, Damien Dutrait, Frédéric Naud, Vincent Tirilly, Cole Porter, Boris Vian, Mozart…

Son : François Joury

Complicité artistique : Damien Dutrait

Photo : © Adeline Poulain

Théâtre Rutebeuf • 16-18, allée Léon-Gambetta • 92110 Clichy-la-Garenne

Réservations : 01 45 15 98 50

Le 7 novembre 2011 à 20 h 30

Durée : 1 h 20

Entrée libre, concert offert dans le cadre de la présentation de saison 2011-2012

http://www.youtube.com/watch?v=6FlZoMXeXNI&feature=player_embedded

Tournée :

  • Les mardis 8, 15, 22, 29 novembre 2011 au Limonaire, bistrot à vins et à chansons (75009), réservation au 01 45 23 33 33
  • Le 10 novembre 2011 au Train Théâtre à Porte-lès-Valence (26), 04 75 57 14 55
  • Le 11 novembre 2011 au festival Sémaphore en chanson à Cébazat (63), 04 73 87 43 43
  • Le 19 novembre 2011 au centre culturel Jean-Vilar à Marly-le-Roi (78), 01 39 58 74 87
  • Le 25 novembre 2011 au centre culturel Boris-Vian à Couëron (44), 02 40 38 58 80
  • Le 2 décembre 2011 à la M.J.C. de Rodez (12), 05 65 67 01 13
  • Le 9 décembre 2011 au Lavoir Théâtre Georges-Brassens à Épinal (88), 03 29 35 43 85
  • Le 10 décembre 2011 au Théâtre Traversière à Paris (75012), 01 43 41 81 27

et de nombreuses autres dates en 2012…