« Pourquoi », de Michaël Hirsch, Théâtre du Roi‑René à Avignon

« Pourquoi ? » © Studio Ledroit-Perrin « Pourquoi ? » © Studio Ledroit-Perrin

« Soyez curieux comme si c’était interdit »

Par Cédric Enjalbert
Les Trois Coups

Admirateurs de Raymond Devos, amateurs de mots, bons et mauvais, de contrepèteries et d’expressions qui vrillent : Michaël Hirsch est l’humoriste qu’il vous faut. Succès de la saison passée, son spectacle « Pourquoi ? » est repris au Théâtre du Roi‑René durant tout le Off du Festival d’Avignon.

Du « dis papa, pourquoi ? » au pourquoi existentiel des amants blessés, en passant par les pourquoi du quotidien, Michaël Hirsch s’empare de la grande question avec son point d’interrogation en forme d’uppercut. Ces pourquoi, il les envoie en rafale, seul en scène, n’ayant pas peur des mots tordus. Avec l’esprit des enfants et l’équivocité des adultes, il décoche les traits d’esprit, sans vulgarité mais sans s’interdire quelques grivoiseries, soufflées du bout des lèvres.

Car l’humoriste est de ceux qui, ayant le verbe haut, visent au‑dessus de la ceinture, voire directement le ciboulot. Lui qui admet souvent « poéter plus haut que son cul » traverse dans son spectacle les âges de la vie en chevauchant le pourquoi des enfants, des vieillards et même celui de philosophes. Michaël Hirsch les cite d’ailleurs, ces professionnels du pourquoi. Sans blague : Schopenhauer, Pascal, Descartes ! Porté par des jeux de mots parfois capilotractés ou trop gros, mais le plus souvent littéraires, guidé par l’humour de la littérature, il défend ce credo emprunté à Sacha Guitry : « Soyez curieux comme si c’était interdit ». Le comique n’invite pas à se taper sur les cuisses. Il en désappointe certains, et c’est tant mieux. Car au divertissement pesant, il préfère la langue déliée, qui sollicite l’attention : esprits alertes, veillez à la fourche qui langue, aux contrepèteries masquées et aux calembours sans trompettes.

Le spectacle gagne en épaisseur à mesure que les jeux de mots en rafale laissent place à la constitution de situations, et la litanie des pourquoi à la cohérence d’un récit amusé. Il y a du Devos dans ce Hirsch, et au moins autant d’imaginaire que dans la tête d’un enfant. Michaël n’est pourtant pas un bleu, lui qui est passé par l’école de commerce, l’entreprise et la pub. Est-ce là qu’il aura appris que « plus on fait le plein et plus on est à vide » ? Là qu’il aura appris à calculer que femme qui rit finit à moitié dans son lit, ce qui fait donc, si elle rit à nouveau, un quart seulement. Où sont donc passés les trois quarts restants se demande au réveil sa moitié ? Vous suivez ?

Vous voilà prévenus, venez sourire et rêver, mais n’espérer pas l’hilarité grasse. Accrochez-vous plutôt à votre casque, car Michaël Hirsch vous en réserve des vertes et des pas mûres. Un vieillard prend le dernier la parole. Il s’appuie dans son grand âge sur un point d’interrogation en forme de canne, à moins que ce ne soit l’inverse. En l’incarnant, Michaël Hirsch nous invite à ne jamais oublier de préférer la question qui étaye aux certitudes qui amoindrissent, l’humour qui tient l’imagination en éveil à la distraction qui l’écrase, bref à aimer la perplexité et les questions prestes, qui entretiennent mieux que tout notre jeunesse. 

Cédric Enjalbert


Pourquoi ?, de Michaël Hirsch et Ivan Calbérac

Le texte du spectacle est édité aux éditions Les Cygnes

Mise en scène : Ivan Calbérac

Avec : Michaël Hirsch

Théâtre du Roi‑René • 4 bis, rue Grivolas • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 82 24 35

www.theatreduroirene.com

Du 7 au 30 juillet 2016 à 10 heures

Relâche les 12, 19, 26 juillet

Durée : 1 h 5

Tarifs : 19 € | 13 €

Tournée :

  • 6 septembre 2016 à Metz
  • 7 et 8 octobre 2016 à Cossé‑le‑Vivien
  • 11 au 15 octobre 2016 à Nantes
  • 22 octobre 2016 à Puget‑sur‑Argens
  • 10 novembre 2016 à Chatel‑Guyon
  • 18 novembre 2016 à Soyaux
  • 25 novembre 2016 à Dreux