« Priscilla, folle du désert », de Stephan Elliott et Allan Scott, Casino de Paris

« Priscilla, folle du désert » © Pascal Ito

Démesurément bon !

Par Isabelle Jouve
Les Trois Coups

Quoi de plus difficile que de s’attaquer à un succès cinématographique pour en faire une comédie musicale qui tienne la route ? Le pari est pourtant gagné, haut la main.

À l’origine, Priscilla, folle du désert est un célèbre film australien de Stephan Elliott, qui a fait scandale et sensation à sa sortie, en 1994. L’année suivante, il recevra moult prix dont le prix du Public à Cannes puis l’oscar des meilleurs costumes.

L’histoire est des plus rocambolesques. Mitzi (Laurent Bàn), une drag-queen, n’en peut plus de jouer dans des lieux assez minables de Sydney, en Australie. Il accepte la proposition de son ex‑femme (Corinne Puget) de se produire dans son casino, à Alice Spring, en plein cœur du pays. Sans entrer dans les détails, il réussit à convaincre deux amis de faire le voyage avec lui : Bernadette (David Alexis), un transsexuel plutôt réservé qui vient de perdre son petit ami, et Felicia (Jimmy Bourcereau), une drag-queen exubérante et irritante. Le périple se fera en bus, rebaptisé Priscilla.

Sur le chemin, entre multiples pannes d’autobus et rencontres violentes avec la population locale non habituée à côtoyer ce genre d’énergumènes, Mitzi avouera à ses partenaires qu’il est marié, Bernadette tombera sous le charme d’un garagiste et Felicia se retrouvera à deux doigts de se faire émasculer.

L’intrigue est rythmée par les plus grands tubes disco (Tina Turner, Gloria Gaynor, Aretha Franklin, Madona, Kylie Minogue et d’autres), tous chantés par les artistes eux-mêmes. Je salue la performance de tous les comédiens et danseurs, et plus particulièrement celle des cinq divas, souvent suspendues dans les airs, et celle des protagonistes principaux qui réussissent à rendre leurs personnages vraiment attachants.

On est au bord de la démesure, et c’est spectaculaire

David Alexis (que l’on a vu récemment dans le rôle de Merlin dans la Légende du roi Arthur) est une Bernadette émouvante et pleine de sensibilité. Ses reparties drôles et cinglantes font mouche à chaque fois. Jimmy Bourcereau (initialement danseur de breakdance, a participé à la comédie musicale Flash Dance) est une Felicia moqueuse et énervante au possible et Laurent Bàn, une Mitzi convaincante dont la voix exceptionnelle donne encore plus de puissance à son interprétation. Ce dernier s’est d’ailleurs lui aussi précédemment illustré dans plusieurs spectacles musicaux dont Notre-Dame de Paris (lors de sa reprise au Théâtre Mogador), Zorro et plus récemment Mistinguett, reine des Années folles.

Philippe Hersen, le metteur en scène, a vu grand : sur le plateau, pas moins de trente artistes. Il a néanmoins su conserver toute la poésie du film. Son adaptation n’est pas une caricature, mais un vrai et bon show qui donne envie de danser et de chanter, ce que le public ne se prive pas de faire.

Les cinq cents costumes et deux cents perruques signés Frédéric Olivier apportent toute la folie et l’excentricité nécessaires à l’ambiance survoltée. On est au bord de la démesure, et c’est spectaculaire.

Que dire d’autre, si ce n’est que cette comédie musicale (de 2 h 30 avec entracte) se joue encore jusqu’au 6 mai 2017 ? Si vous voulez en prendre plein les yeux et les oreilles, c’est le moment ! 

Isabelle Jouve


Priscilla, folle du désert, de Stephan Elliott et Allan Scott

Mise en scène : Philippe Hersen

Avec : David Alexis, Laurent Bàn, Jimmy Bourcereau, Jennifer Abad‑Garcia, Kania Allard, Ludovic Alvernhe, Delphine Attal, Pierre‑Antoine Brunet, Cindy Cayrasso, Claude Cormier, Thorian J. de Decker, Fabrice de la Villehervé, Alexia Degremont, Amalya Delepierre, Ana Ka, Stacey King, Alice Lyn, Mehdi Mamine, Mélina Mariale, Sofia Mountassir, Yvonnick Muller, Corinne Puget, Célia Ruiz, Priscilla Villa, Jérôme Zerbi

Adaptation : Philippe Hersen

Chorégraphie : Jaclyn Spencer

Costumes : Frédéric Olivier

Photos : © Pascal Ito

Casino de Paris • 16, rue de Clichy • 75009 Paris

Site du théâtre : www.casinodeparis.fr

Métro : Trinité ou Liège

Du 25 février au 6 mai 2017, du mercredi au samedi à 20 h 30, samedi à 15 h 30 et dimanche à 18 heures

Durée : 2 h 30

69,90 € | 59,90 € | 49,90 € | 39,90 € | 24,90 €