« Renata », d’après Javier Maestro, Comédie Bastille à Paris

"Renata" - Stéphane Druet © D.R.

Un joyeux mélange des genres

Par Bénédicte Fantin
Les Trois Coups

Stéphan Druet et Sebastián Galeota ont traduit et adapté « Renée », de l’auteur contemporain Javier Maestro. Une comédie à la mode argentine, qui réunit avec jubilation personnages outrés et situations folles.

D’emblée, des douches de lumières successives révèlent  des personnages hauts en couleurs, dignes d’un jeu de Cluedo : Monique, la gouvernante, Philippe, son mari jardinier, Jean, leur fils introverti, et Blanche, la bonne. Pourtant, aucun crime n’a été commis dans cet intérieur bourgeois. Le riche propriétaire des lieux s’en est allé de sa belle mort, laissant derrière lui des domestiques sans le sou, prêts à tous les subterfuges pour toucher l’héritage de leur ancien employeur. Ils se font notamment passer pour l’unique ayant-droit : Renata, la veuve du défunt, supposée disparue depuis des années. Mais qui sera assez crédible pour incarner Renata et convaincre le notaire ?

Les talents de transformiste de l’acteur argentin Sebastián Galeota sont une nouvelle fois mis à contribution. Ce dernier avait en effet marqué les esprits avec son interprétation touchante d’Eva Perón dans une mise en scène du même Stéphan Druet. Cette fois-ci, grimé en femme, son personnage expérimente une seconde naissance et prend toute son ampleur au cours de l’intrigue. Sous un aspect burlesque, la pièce offre un sous-texte d’une grande richesse : peut-on être soi, se découvrir, en incarnant un personnage ? Quoi de mieux que des comédiens chevronnés pour faire vivre ce questionnement !

La mécanique du rire

Les cinq acteurs font tous preuve d’une expressivité folle. Les gestes et les réactions sont exagérés à outrance afin de porter une situation elle-même extravagante et invraisemblable. Le comique de répétition est le grand allié des comédiens, qui tirent d’ailleurs cette ficelle jusqu’au moment du salut.

La performance de Carole Massana est particulièrement marquante. Son interprétation de Monique, monstre de cruauté et de froideur calculatrice, est servie par un jeu clownesque ahurissant.

Pour accompagner ce jeu dynamique, la mise en scène donne la part belle au rythme grâce à des jeux de lumières ingénieux et des transitions chorégraphiées sur des airs de tango. Le tout est parfois kitsch, mais tellement assumé que l’on entre volontiers dans la danse ! 

Bénédicte Fantin


Renata, d’après Renée de Javier Maestro

Mise en scène : Stéphan Druet

Avec : Antoine Berry Roger, Emma Fallet, Sebastian Galeota, Carole Massana, Philippe Saïd

Lumières : Christelle Toussine

Décor : Olivier Prost

Costumes : Denis Evrard

Chorégraphe : Christophe Segura

Bande-son et musique : Maxime Richelme

Durée : 1 h 30

Teaser vidéo

Photo :  » Renata  » – Stéphan Druet © D.R. 

Comédie Bastille • 5 rue Nicolas Appert• 75011 Paris

Jusqu’au 27 août 2017, du jeudi au samedi à 21 heures, le dimanche à 17 heures

De 10 € à 32 €

Réservations : 01 48 07 52 07

À découvrir sur Les Trois Coups

Audimat, par Céline Doukhan