« Suite no 2 » [« Encyclopédie de la parole »], de Joris Lacoste, Théâtre de Gennevilliers

Suite no 2 © Florian Leduc

Virtuoses du verbe

Par Alicia Dorey
Les Trois Coups

Rarement le langage n’aura été traité avec autant d’intelligence, d’humour et d’éloquence que dans cette « Encyclopédie de la parole » de Joris Lacoste.

Dans ce deuxième opus des Suites chorales, le Français Joris Lacoste entre en action. Alors que Suite no 1 était une succession de paroles ordinaires, Suite no 2 porte sur un ensemble de déclarations, banales ou étonnantes, dont l’agencement relève du pur génie. Voilà plus de huit ans que l’artiste collecte çà et là des enregistrements vocaux, triés et organisés en fonction de différents axes de recherche préétablis. Une cohérence d’ensemble qui se révèle parfois complexe : ces messages ne font pas que coexister sur scène, ils entrent en résonance les uns avec les autres, créant une forme de conversation résolument inédite.

Le discours improvisé d’un S.D.F. dans le métro, la dispute mémorable d’une cliente avec le service après-vente d’un opérateur de téléphonie à Bogota, la déclaration d’amour d’un musulman à sa dulcinée polonaise, le cri de protestation d’un opposant politique au régime de Bachar el‑Assad, le speech soporifique d’un chef d’entreprise japonais sur la performance de ses employés, l’adresse surprenante d’un homme à une autruche derrière les grilles d’un zoo, les remontrances d’une mère face à la prétendue ingratitude de son fils homosexuel… Au total, non moins de quatorze langues différentes seront entendues sur scène, et au moins autant d’accents. La simultanéité des discours nous donne le vertige, car nous réalisons l’insignifiance de notre propre parole, perdue au milieu de toutes les autres. On se laisse gagner par la nostalgie, le ressentiment ou le chagrin, avant qu’un fou rire ne vienne tout balayer.

Quand le son l’emporte sur le sens

Progressivement, notre pensée s’organise au gré des associations d’idées : le discours-fleuve du ministre de l’Économie portugais nous rappelle la lenteur quelque peu anesthésiante des trois volets des Mille et Une Nuits de Miguel Gomes ; le message laissé sur un répondeur au beau milieu de la nuit nous ramène à des sentiments déjà ressentis par le passé ; les derniers mots du pilote avant le crash d’un avion font naître parmi les spectateurs une angoisse diffuse… Peu importe si nous échouons à tout lire et à tout comprendre, car l’essentiel réside davantage dans les formes que prennent ces différents sons que dans leur véritable signification. Silences, intonations et fléchissements de la langue sont autant de moyens d’interpréter cette polyphonie de discours. On se laisse porter par le flot de paroles des cinq comédiens qui se tiennent devant nous en authentiques virtuoses du verbe, et accompagnent leur scansion d’une gestuelle proche de celle d’un chef d’orchestre. En découle une expérience de spectateur tout à fait singulière, où chacun est libre d’écouter ce que bon lui semble. On se concentre sur une voix avant d’en préférer une autre. On ne rit pas à l’unisson, mais en décalé : pendant cette heure et demie de représentation, nous devenons le miroir cacophonique d’un spectacle de pur génie. 

Alicia Dorey


Suite no 2 (« Encyclopédie de la parole »), de Joris Lacoste

Composition et mise en scène : Joris Lacoste

Avec : Vladimir Kudryavstev, Emmanuelle Lafon, Nuno Lucas, Barbara Matijevic, Olivier Normand

Collaboration artistique : Élise Simonet

Création musicale : Pierre‑Yves Macé

Lumières, vidéo et régie générale : Florian Leduc

Son : Stéphane Leclercq

Costumes : Ling Zhu

Coaching vocal : Valérie Philippin et Vincent Leterme

Coach langue : Azhar Abbas, Amalia Alba Vergara, Mithkal Alzghair, Sabine Macher, Soren Stecher‑Rasmussen, Ayako Terauchi Besson

Traductions : Marie Trincaretto

Relecture et corrections : Julie Étienne

Programmateur vidéo : Diane Blondeau

Production : Dominique Bouchot, Judith Martin et Marc Pérennès

Photo : © Florian Leduc

Théâtre de Gennevilliers • 41, avenue des Grésillons • 92230 Gennevilliers

Réservations : 01 41 32 26 26

Site du théâtre : www.theatre2gennevilliers.com

Métro : ligne 13, arrêt Gabriel-Péri

Du 1er au 11 octobre 2015, mardi et jeudi à 19 h 30, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, dimanche à 15 heures

Durée : 1 h 25

24 € | 7 €