Entretien Anne Cabarbaye, Théâtre Artéphile, Avignon

L’Artéphile, fabrique d’arts vivants et lieu de vie Par Léna MartinelliLes Trois Coups Anne Cabarbaye et Alexandre Mange ont créé L’Artéphile en 2015. Bousculant les codes, ils proposent à Avignon un projet atypique. La co-directrice présente sa ligne artistique et l’esprit familial qui y règne. Comment êtes-vous arrivés à la tête d’Artephile ? Bâtir une structure artistique dédiée aux arts vivants était […]

« La Femme à qui rien n’arrive », Léonore Chaix, Studio d’Asnières

La-femme-a-qui-rien-arrive © Philippe-Delacroix.jpg

L’épopée comico-domestique de Léonore Chaix Par Bénédicte FantinLes Trois Coups « La Femme à qui rien n’arrive » : voilà un pied de nez aux habituelles promesses dramatiques à l’affiche ! Pourtant, de l’action il y en a dans ce monologue saisissant de virtuosité, de Léonore Chaix, dans une mise en scène ciselée d’Anne Le Guernec. À voir au Théâtre Artéphile, dans le cadre de sa programmation Ego […]

Entretien avec Léonore Chaix à propos de « La Femme à qui rien n’arrive », Artéphile, Festival Off Avignon

La-femme-a-qui-rien-arrive-3 © Philippe Delacroix.jpg

« Faire du suspens avec rien » Par Bénédicte FantinLes Trois Coups « Dans quelle mesure pouvons-nous faire confiance aux événements ? », se demande la Narratrice de « La Femme à qui rien n’arrive ». Un prologue tout en dérision qui annonce la couleur du papier peint de cette fable domestique. Rencontre avec l’auteur et comédienne Léonore Chaix, avant qu’elle ne reprenne le spectacle au Festival off d’Avignon […]

« Catégorie 3.1 », Lars Norén, Lorraine de Sagazan, Les Nuits de Fourvière, Lyon

Cat.3.1-Lars-Norén-Lorraine-de-Sagazan-Ensatt © David-Anemian

Ça pulse sous les cendres ! Par Trina MounierLes Trois Coups Cinq ans après avoir fait des débuts très remarqués aux Nuits de Fourvière avec une pièce de Lars Norén, Lorraine de Sagazan revient à cet auteur suédois pour une création avec les élèves de la 81e promotion de l’Ensatt. Une incontestable confirmation de son talent et de celui de ces jeunes artistes. La […]

Les Contemporaines, édition 2022, Théâtre National Populaire, à Villeurbanne

Ravages-Danièle-Leblanc © Émile Zeizig

Auteurs en scène
Par Trina Mounier
Les Contemporaines fait la fête aux auteurs. Pendant deux semaines, de nouvelles écritures vont se succéder sur le plateau de la salle Jean Bouise du TNP, dite « petit théâtre », mais 250 places quand même. Ces pièces ne seront pas lues, mais jouées, incarnées par des comédiens dirigés par un metteur en scène.

Les Contemporaines, Théâtre National Populaire, Théâtre de la Croix-Rousse, Théâtre Nouvelle Génération, à Lyon et Villeurbanne

On-dit-que-Josepha © Michel Cavalca.jpg

Des auteurs en quête d’acteurs
Par Trina Mounier
Le festival qui ouvre en mai au TNP, sous le nom Les Contemporaines, succède à En Actes. Il poursuit sa mission de faire jouer les textes de théâtre. Programmées dans la métropole lyonnaise, les écritures d’aujourd’hui vont aussi se faire entendre au Théâtre de la Croix-Rousse et au Théâtre Nouvelle Génération, avec des créations, des lectures, un concours, un salon du livre, un « speed lecture » et des rendez-vous professionnels.

« La Brèche », de Naomi Wallace, Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon

La-Brèche-Naomi-Wallace

Sans concession
Par Trina Mounier
Le troisième spectacle de Tommy Millot, « La Brèche », programmé l’été dernier dans le in du Festival d’Avignon, a fait l’effet d’une bombe. Déjà, son thème interpelle puisqu’il s’agit des jeux dangereux de quatre adolescents. Et, pour parachever le tout, le texte est puissant, la mise en scène tranchante.

Entretien avec Michel Raskine, metteur en scène, à propos de « Ce que j’appelle oubli », de Laurent Mauvignier, Théâtre des Célestins à Lyon

Michel-raskine © venkat-damara

Les acteurs et les textes, les deux passions de Michel Raskine 
Par Trina Mounier
Il a monté des auteurs classiques aussi bien que des contemporains, des pièces de théâtre, comme d’autres textes dans lesquels il aime se (et nous) promener, en compagnie d’acteurs fétiches qu’on retrouve en filigrane dans son travail. Toujours avec bonheur. Cette fois, Michel Raskine monte un très court roman de Laurent Mauvignier. Une première !

« Œuvrer son cri », de la compagnie Courir à la catastrophe, Théâtre des Célestins à Lyon

Oeuvrer-son-cri © Arnaud Bertereau

Avènement de l’acteur
Par Trina Mounier
Cette jeune compagnie n’en est pas à son coup d’essai. Elle a été, entre autres, lauréate de la première édition du Prix Célest’1.
« Œuvrer son cri » prouve à quel point ses membres savent rire de certaines situations malcommodes, voire dramatiques.
Un regard sarcastique, mais tendre, sur eux-mêmes, moteur même de leur création.