« Bleu silence », cie Vendaval, Villeneuve en scène, Festival Off Avignon

Bleus au corps et à l’âme

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Dans « Bleu silence », la compagnie Vendaval choisit la pudeur et la poésie pour dénoncer les histoires étouffées par « la violence de l’amour ». Un remarquable travail croisant les disciplines, un spectacle profond et touchant.

Sur le sol, des débris de vaisselle. Perchée sur ses hauts talons, une femme fait son entrée en scène. En équilibre instable, son air d’opéra nous prend d’emblée aux tripes. Là, va se jouer la ronde des sentiments. « Mon trésor, mon chou, mon petit loup, ma craquotte, mon boulet, ma chose, ma gangrène, ma sous-merde… » : du rouge passion au rouge sang, Bleu silence nous donne à voir – et à entendre – la palette des sentiments. Surtout quand les histoires d’amour tournent mal…

Dans cette cour d’école cernée par des logements privatifs, la représentation prend tout son sens (même si cette version peut aussi être programmée en salle). En effet, que se passe t-il derrières les portes et les fenêtre ? Ici et ailleurs. Avec le désamour, ça cogne parfois. Trop souvent, nous signalent les statistiques.

Coups et harcèlements

Les paumes qui aiment, les mains qui traînent, les poings qui frappent… les gestes parlent d’eux-mêmes. Entre break et danse contemporaine, la chorégraphie évoque aussi bien l’emprise (après la tendresse) que les crises (brutales) ou la fébrilité. Les corps aimés, déchus, honteux, meurtris, s’élancent dans une folle sarabande. Nourrie par la danse contact et l’improvisation, la compagnie Vendaval propose une danse générée par la sensibilité et l’énergie de chaque interprète.

Devant nous, ces sept femmes forment un chœur, dont se détache, à chaque séquence, l’une d’entre elles pour un chant, un geste, une lecture, bref des témoignages tous aussi poignants les uns que les autres. Parmi elles, l’homme est tantôt bourreau, tantôt victime. Magnifique, lui aussi. Voilà autant de corps traversés par la douleur ou la fureur !

Quant au théâtre, il fait entendre l’ambiguïté à l’œuvre, les reproches incessants, comme le silence assourdissant des non-dits. Il égrène aussi la liste interminable des victimes, lors de la spectaculaire scène des dépositions. L’émotion est à fleur de peau. À fleur de mots.

Pudeur et dignité

Élaboré dans des foyers d’urgence, à partir d’ateliers de danse thérapie et d’un travail avec des victimes, ce spectacle pourrait être une claque, mais la bienveillance et toute la distance induite par la poésie contient la charge émotionnelle. Déjà, entre chants lyriques et populaires, la musique adoucit le propos. Puis, des images nous en disent plus qu’un long discours : quelle formidable idée que ces chaussures ! Enfin, la mise en scène est très subtile. En plongeant son regard dans les nôtres, la sublime Landy Andriamboavonjy nous intègre dans une assemblée, que l’on ait besoin de retrouver l’espoir ou d’accompagner, à notre tour ces cœurs blessés. Du cercle intime à l’agora.

Remarquable, la scénographie est particulièrement efficace. L’usage habile d’escabeaux et de chaises restitue le processus de la descente aux enfers : la soumission, les doutes (jusqu’au vertige), la chute (voire le suicide). En équilibre précaire, sur le qui-vive, la peur au ventre, ces femmes puissantes prennent malgré tout de la hauteur. Leur dignité est belle à voir. Alors, comment s’extirper de ce labyrinthe inextricable de la violence conjugale ? Fuir, évidemment, mais aussi donner à voir les corps bleus pour apaiser les maux, faire résonner les mots rouges pour briser le silence. 🔴

 Léna Martinelli


Bleu silence, de la cie Vendaval

Site de la compagnie
Chorégraphie : Carmela Acuyo
Avec : Carmela Acuyo, Brice Bernier, Delphine Gaud, Claire Méguerditchian, Laetitia Couasnon, Sandra Sadhardheen, Isabelle Teruel, Landy Andriamboavonjy
Composition : Mike Ponton
Lumière et régie : Patrick Cunha
Régie son : Ananda Cherer ou Nicolas Poirier
Durée : 1 heure
Dès 13 ans

Villeneuve en scène • École Montolivet • Villeneuve-lez-Avignon
Du 9 au 21 juillet 2022 (relâche le 15) à 18 h 30
De 11 € à 16 €
Réservations : 04 32 75 15 95 ou en ligne

Dans le cadre du Festival Off Avignon
Plus d’infos ici

Tournée ici

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS