« Dimanche », compagnies Focus et Chaliwaté, Le Monfort à Paris

Dimanche-Focus-Chaliwaté © Virginie-Meigné © Virginie Meigné

Le temps est compté !

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

« Dimanche » aborde le délicat sujet de l’urgence climatique de façon insolite et percutante. Réunies autour d’une écriture collective, les compagnies Focus & Chaliwaté inventent un langage singulier, visuel et poétique qui puise sa source dans « l’infra-ordinaire » pour mieux toucher à l’universel. Un spectacle épatant car « extra-ordinaire ».

Programmé à point nommé, alors la COP26 vient de s’achever, avec son lot de déceptions, Dimanche entretient la flamme. Un spectacle de Frédéric Ferrer avait justement pointé les limites de ces rencontres, avec une ironie mordante : beaucoup de « blabla », une désolante inaction, voire une irresponsabilité flagrante (lire la critique de Kyoto for ever 2). Depuis, à défaut d’un accord commun, la prise de conscience est globale. Par la force des choses, car les catastrophes se sont accumulées, entre-temps : une pandémie, des ouragans en pagaille, des régions du monde ni plus ni moins rayées de la carte, des réfugiés climatiques sans cesse plus nombreux… Que faut-il donc pour réagir ?

Contrairement à la Conférence des Parties, Dimanche tient ses promesses : ce spectacle nous bouscule gentiment mais sûrement. Plutôt que « sauve qui peut », il nous rappelle les priorités, aux moyens de l’art, autrement dit en frappant les esprits grâce à l’humour et la poésie.

Sale temps pour la planète !

Comment, donc, traiter du changement climatique sur une scène de théâtre ? D’abord, en illustrant ses conséquences concrètes sur notre quotidien. Ici, une famille s’apprête à passer un dimanche à la maison. Tout autour, l’effondrement ! Malgré les murs qui tremblent, un vent à décorner les bœufs, la vie suit son cours. C’est que l’être humain peut faire preuve d’une incroyable inventivité quand il s’agit de préserver son petit confort… Au même moment, parcourant le monde, une équipe de reporters animaliers prépare un documentaire sur les dernières espèces vivantes. De drôles d’humanistes qui ne sont pas au bout de leurs peines !

Représenter, sur scène, un road trip par-delà les pôles, la fonte des glaciers et même le déluge, relève d’un sacré défi. Focus et Chaliwaté y parviennent très bien, tout simplement, en convoquant l’artisanat du spectacle vivant, et grâce à une certaine maîtrise de la transition (pas énergétique !). Cela reste très écologique, d’autant que ces Belges sont des as de la récup’ !

Puissance d’évocation

Pour donner à voir les transformations du vaste monde et ses répercussions à huis clos, Julie Tenret, Sicaire Durieux, Sandrine Heyraud puisent donc leur matière, d’une séquence à l’autre, dans le théâtre d’objet et gestuel, ainsi que la marionnette – des disciplines à la puissance d’évocation. Grâce à des effets spéciaux, mais surtout de la géniale bidouille, on ressent vraiment la hausse des températures, la violence de l’ouragan, le choc de la vague… On ne ressort pas les pieds dans l’eau mais presque ! La vidéo vient certes à la rescousse, mais encore une fois, avec les moyens du bord et de façon subtile. Entre gros plans et travellings, l’écriture est très cinématographique.

Dimanche-Focus-Chaliwaté ©-Virginie-Meigné.jpg
© Virginie Meigné

La réussite de ce spectacle tient à son propos et sa construction dramaturgique, mais aussi à son style et son rythme. Ces artistes ont su trouver le ton juste, sans pathos, ni catastrophisme. Exit le lyrisme, façon Arthus Bertrand ou Sebastião Salgado ! Et surtout pas de didactisme. L’absence de dialogue aide. Les images (scéniques et vidéo) sont très parlantes.

Décalé

Surtout, l’absurde rend parfaitement compte de cette humanité en proie au chaos, en total décalage avec son époque. Dans ce décor suranné, le contraste est saisissant, car ces personnages sont moins connectés à la nature qu’à la satisfaction de leurs besoins (pas que primaires évidemment !). La Callas à fond les manettes, le flamand rose recyclé au four et une vertigineuse robe à paillettes (sans doute en provenance directe de Chine), suggèrent avec humour notre aveuglement et notre inertie… Après les Trente glorieuses, le déclin en trois actes ! Ni plus, ni moins.

Pour autant, les interprètes prennent le temps d’installer chaque situation. Ils carburent à l’audace, vous l’avez compris. Le rapport au temps est particulièrement bien traité, avec réveil et horloge, placés ici et là, qui rappellent l’urgence, malgré tout. Les objets sont utilisés pour leur force symbolique et métaphorique.

Dimanche-Focus-Chaliwaté © Virginie-Meigné
© Virginie Meigné

Entre réalisme et onirisme, l’esthétique vise à créer « le trouble du vivant ». Oui, Focus et Chaliwaté nous surprennent, notamment en jouant sur les différentes échelles. Hyperréalistes, les ours polaires, oiseaux, poissons et une dame âgée, manipulés à vue, font sensation. Enfin, les interprètes réalisent de belles prouesses acrobatiques et quelques échappées inoubliables.

Contrairement à cet oiseau pris dans l’œil du cyclone, Focus et Chaliwate n’entrent pas par effraction dans notre bulle. Ils y pénètrent sans crier gare, par ruse. Voilà leur secret pour foudroyer notre imaginaire et nous inciter à agir !

Ah, si la poésie et l’absurde pouvaient conjurer la tragédie ! Alors, maintenant on fait quoi ? 

Léna Martinelli


Dimanche, de Focus & Chaliwaté

Site des compagnies Focus et Chaliwaté

Écriture et mise en scène: Julie Tenret, Sicaire Durieux, Sandrine Heyraud

Avec : Julie Tenret, Sicaire Durieux, Sandrine Heyraud, en alternance avec Muriel Legrand, Thomas Dechaufour, Shantala Pèpe ou Christine Heyraud

Regard extérieur : Alana Osbourne


Marionnettes : Joachim Jannin (WAW Studio!) et Jean-Raymond Brassinne Scénographie : Zoé Tenret


Création lumière : Guillaume Toussaint Fromentin


Création sonore : Brice Cannavo


Réalisation vidéo et direction photographique : Tristan Galand


Scénographie : Armand Minsen

Vidéo : Claudio Morales

Durée : 1 h 15

Dès 10 ans

Le Monfort • 106, rue Brancion • 75015 Paris

Du 16 au 28 novembre 2021, du mardi au samedi à 20 heures, dimanche à 16 heures, relâche lundi et jeudi

De 10 € à 25 €

Réservations : 01 56 08 33 88 ou en ligne

Tournée