« les Ombres blanches », de Nathalie Pernette, les Bains‐Douches à Montbéliard

les Ombres blanches © Philippe Laurençon

Nous avons tous six ans

Par Maud Sérusclat-Natale
Les Trois Coups

Nathalie Pernette revient sur la scène des Bains-Douches de Montbéliard pour présenter sa dernière création « les Ombres blanches ». Une expérience qui nous plonge avec délectation aux frontières du fantastique.

Si vous appréhendez un peu de vous rendre à un spectacle de danse contemporaine, et davantage en compagnie de vos enfants, cessez toute activité et courrez voir ce travail aussi fabuleux qu’accessible, aussi fantasque que mystérieux. En effet, la chorégraphe et danseuse franc-comtoise Nathalie Pernette est un personnage haut en couleur que vous ne devez pas manquer de rencontrer. Elle est, ces dernières années, habitée par un univers résolument tourné vers ce qu’elle appelle « le bizarre ». En cette période où fleurissent les revenants et autres citrouilles souvent grotesques, c’est le moment de vous offrir une parenthèse dansée de grande qualité. Celle-ci vous emportera aux origines de vos peurs et vous fera flirter avec la mort, les esprits et la magie, avec subtilité, majesté et malice. Rien que cela.

Pourtant, il n’y a que deux danseurs sur le plateau et le décor est assez épuré, bien qu’envahi par le brouillard. Quelques briques sont alignées sur le sol, figurant les murs d’une maison. Quelques chaises vétustes s’amoncellent. La maison doit être vieille ou abandonnée… Les angles des murs sont rehaussés par des perches en bois verni de hauteurs différentes, ce qui donne de la perspective à l’ensemble. Cela semble évoquer d’anciennes cloisons, mais n’impressionne pas encore. C’est qu’ils ont le goût de la surprise, ces gens-là. Sur une musique enivrante, faite de bruits de feuillage, de parquet, de portes qui grincent lentement, de verre qui se brise, ou de percussions frénétiques, les danseurs, encapuchonnés dans leur longue robe grise se livrent alors à un mystérieux ballet, étrangement complices. Une voix, profonde, nous prévient. Une présence a envahi la pièce. Depuis quatre-vingt-treize ans. Des objets glissent mollement, puis volent ou traversent la scène, seuls. Mêmes les spectres danseurs paraissent apeurés, à moins qu’ils ne soient le miroir de nos âmes. Plus personne ne bouge, les yeux sont rivés sur le plateau, nous avons tous six ans et le cœur qui palpite, à l’affût du moindre mouvement, du moindre bruit. Les questions fusent, nos sens sont tous en éveil, fascinés, sous contrôle.

Un ballet magique

La danse est bien évidemment très travaillée. Lente d’abord, presque trop lente. Dense et opaque, le mouvement est contenu pour nous plonger dans le surnaturel, dans le doute, dans l’entre-deux mondes et faire apparaître le spectre errant puis la galerie de fantômes. Et le rythme s’intensifie, les corps s’agitent frénétiquement, brusquement, car nos deux danseurs incarnent de multiples personnages, tantôt ectoplasmes facétieux, esprits frappeurs, tantôt revenants inquiétants. Tous les fantômes de vos songes seront convoqués, même ceux qui se disloquent, s’évaporent ou se démembrent. Si. Sur la scène, un danseur perd sa tête, un autre gagne une main. Comment ? Grâce à la collaboration audacieuse d’un magicien. Cette idée géniale confère à cette pièce dansée une dimension extraordinaire et donne une saveur délicieuse à l’incompréhensible qui s’agite sous nos yeux.

Tout cela n’aurait pas pu être si spectaculaire si le travail de création lumière n’avait pas été de très grande qualité également. En effet, l’univers du fantastique repose sur les contrastes entre le clair et l’obscur, entre l’opaque et le transparent, entre le noir et l’éclatante blancheur. Tout y est, parfaitement maîtrisé, synchronisé, mesuré, chorégraphié. Parfait.

Si les Ombres blanches s’invitent près de chez vous, faites grincer vos mâchoires et palpitez en famille, sans hésiter ! 

Maud Sérusclat‑Natale


les Ombres blanches, de Nathalie Pernette

Tout public, dès 6 ans

Chorégraphie : Nathalie Pernette

Assistante à la chorégraphie : Régina Meier

Avec : Lisa Guerrero et Vincent Simon

Musique : Franck Gervais

Lumières : Caroline Nguyen

Costumes : Fabienne Desflèches

Scénographie : Daniel Pernette

Collaboration artistique, accessoires et magie : Thierry Collet, assisté de Romain Lalire

Photo : © Philippe Laurençon

MA scène nationale • Les Bains-Douches • 4, rue Charles-Contejean • 25200 Montbéliard

Réservations : 0 805 710 700 (numéro gratuit)

Site du théâtre : http://www.mascenenationale.com/les-lieux/lieux-details/bains-douches-montbeliard

Les 28 et 29 octobre 2015, à 19 heures

Durée : 50 minutes

8 € | 4 €