« Laissez-vous embarquer pour une traversée de l’inouï »
Par Florence Douroux
Pas de grand rendez-vous public pour cette seconde édition, mais la Nuit du Cirque ne s’éclipsera pas. Elle brillera d’autres feux, allumés différemment dans la France entière et une partie de l’Europe. Les artistes vont se montrer et exposer leur travail : tout est prêt. Il suffira de se connecter du 13 au 15 novembre, pour les retrouver, avec leurs sourires, leurs efforts, leur détermination et leur créativité foisonnante, malgré notre ciel encore sombre.

Comment reconstruire sur les ruines ? 
Par Léna Martinelli
Depuis longtemps déjà, les corps des acrobates défient la gravité. Mais aujourd’hui, certains circassiens rivalisent d’inventivité pour traiter de la chute ou de l’instabilité comme métaphores de l’effondrement. Figure majeure du cirque contemporain, Mathurin Bolze compose justement une passionnante chorégraphie sur trampolines au-dessus d’un monde en ruines. Un spectacle à la portée universelle.

La fresque sensible de Baro d’evel 
Par Léna Martinelli
Les fondateurs de Baro d’evel viennent d’ouvrir la saison du Théâtre 71 avec « Là » (prologue au spectacle coup de cœur de la saison passée « Falaise »). Outre sa qualité picturale, cette farce métaphysico-poétique se révèle d’une acuité saisissante, entre puissance sauvage et infinie délicatesse.

Dans les interstices d’un monde en ruine
Par Léna Martinelli
Dans cette nouvelle épopée où se rencontrent huit artistes, un cheval et des pigeons, Baro d’evel poursuit sa recherche d’un théâtre où s’imbriquent travail du corps et de la voix, d’un cirque (notamment équestre) qui repousse loin ses limites. Une fresque foisonnante et vertigineuse sur l’état de notre monde !

La Nuit du Cirque
Par Léna Martinelli
Ce vendredi 15 novembre, le cirque de création se déclinera sous toutes ses facettes,à l’occasion de la Nuit du Cirque, sur l’ensemble du territoire national. Une occasion de découvertes et de partages.

Jeu de petits chevaux ou jeu de massacre ?
Par Laura Plas
Cultivant les grands écarts, le festival du Sirque s’achevait avec deux spectacles aux esthétiques, aux moyens et (peut-être) au publics différents : le charmant et facétieux « Marcel.le et Claude » et l’éprouvant « Maison Mère ». Joie ou effort d’être spectateur, il n’y a pas forcément à choisir !

Le Sirque : c’est dans ses cordes !
Par Laura Plas
Une nouvelle édition de la Route du Sirque bat son plein jusqu’au 24 août : des brunchs spectacles, de la magie, des activités proposées aux spectateurs et, bien entendu, des spectacles. Focus sur trois propositions très différentes qui toutes articulent cirque et musique.

Déferlantes de vie
Par Laura Plas
Cap de la 5e année franchi pour Les « 5es Hurlants » de Raphaëlle Boitel ! Un succès dû, aussi bien à la performance des interprètes, qu’à une mise en scène ciselée empruntant au cinéma muet son humour et sa délicieuse lumière surannée.

Ouvrir la route !
Par Laura Plas
« Voilà, c’est fini », comme le dit la chanson. Les chapiteaux sont démontés et les artistes partis. Mais l’édition 2018 de La Route du Sirque aura montré encore une fois la force de renouvellement du festival et ouvert la voie à de futures éditions tout aussi vivifiantes : rendez-vous pris.

Féminins singulières
Par Laura Plas
C’est parti ! La Route du Sirque battra son plein jusqu’au 25 août. Honneur aux dames cette année ! Pour preuve, deux spectacles présentés en ouverture : « Souffle » de Florence Caillon et « Horizon » de Chloé Moglia. Entre transe et extrême tension, deux propositions singulières.