Détruire, disent-ils
Par Stéphanie Ruffier
Au festival de Mulhouse, comme ailleurs, le pouvoir délire. Le théâtre de rue nous tend le miroir de la monstruosité de ceux qui nous gouvernent : les Batteurs de Pavés font de Richard III l’organisateur d’un vide-dressing radical, tandis que La Débordante nous peint un premier ministre tout aussi cynique et liquidateur. Alors, assister impuissants au massacre ?

Massues errantes et théâtre en bocal
Par Stéphanie Ruffier
Le festival Scènes de rue est passé entre les gouttes : ni intempéries ni passe sanitaire. Ouf, Mulhouse l’a fait ! Côté ville, ça jouait avec les contraintes désormais rituelles : chaises, barrières, rubalise, jauges limitées… Mais un inattendu dimanche sur l’herbe a mis de l’air dans les poumons. Dans ce contexte particulier, tour d’horizon des spectacles qui interrogent avec acuité la liberté et le lien social.

Tu seras écolo, ma fille
Par Stéphanie Ruffier
Après « Comment épouser un milliardaire ? », spectacle qui auscultait les pensées de Bill Gates et autres maîtres du monde, le nouveau solo d’Audrey Vernon revêt la forme d’une lettre à l’enfant à naître. Quoi de plus naturel que de jouer cette réflexion écologiste et militante dans une zone à défendre, en soutien au premier « Soulèvement de la Terre » ?

Classe de lutte
Par Stéphanie Ruffier
Dans un cabaret « où l’on danse les mains sales », un pétillant trio féministe et transformiste parcourt la légendaire histoire du combat des ouvriers de l’horlogerie Lip. Pour continuer à jouer, comme pour relancer l’usine : à corps vaillants, rien d’impossible !

Messe païenne en rut majeur
Par Stéphanie Ruffier
Fado-blues salé, lamento rock et paroles de morues à la sauce saudade, le nouveau spectacle de Nadège Prugnard grimpe sur la table pour évoquer ses origines portugaises et cracher un « poème parlé-chanté des déracinements ». Servi dans une langue éruptive, incandescente, percussive, il nous colle une sacrée beigne.

« Je vous écris de la Platz » 
Par Stéphanie Ruffier
La Platz, c’est le nom que les Rroms donnent à leur campement, ce lieu qu’ils occupent, que d’aucuns appellent le bidonville. Margo Chou, en maîtresse de cérémonie un peu maquerelle, nous convie dans son « presque cabaret » à la rencontre de cette culture coruscante cousue de mélancolie. Spectacle vu dans le cadre des Scènes de rue.

Jouer dehors, encore
Par Stéphanie Ruffier
La fenêtre de tir était très étroite, mais le festival des arts de la rue de Mulhouse est parvenu à faire fuser quelques belles salves d’irrévérence, de rire et de poésie. 59 représentations, dans ce département qui a été le premier durement touché par la pandémie : bravo pour la persévérance ! Quasi un miracle.

Comment faire entendre notre intelligence ? 
Par Stéphanie Ruffier
Trop, c’est trop ! Le week-end dernier, à Garges-lès-Gonesse, la préfecture n’a pas autorisé la Journée Singulière des Rencontres d’Ici et d’Ailleurs. Un travail de titan est tombé à l’eau alors que les mesures sanitaires adéquates étaient mises en place. Depuis, les artistes se mobilisent et se manifestent. Nom de code de leurs actes de résistance : #CultureFurax.

Jour de fête
Par Stéphane Ruffier
Qui n’a jamais rêvé de changer le cours de sa vie ? Ambitieuse et sensible, cette déambulation théâtrale des Fugaces nous invite à suivre des personnages dans un moment de crise, à envisager les rues comme autant de chemins de vie. On se laisse entraîner dans leurs bifurcations étourdissantes et généreuses.