Scander la lutte
Par Sarah Elghazi
Un feu qui se réinvente constamment, une transe dionysiaque qui prépare à la lutte : Serge Aimé Coulibaly et ses danseurs du Faso Danse Théâtre partagent avec nous leur vision de Fela Anikulapo Kuti, les traces indélébiles et insoumises que sa musique et sa légende ont laissées dans leurs mémoires. Une filiation dansée, émouvante et prenante.

Cavale amoureuse
Par Bénédicte Fantin
Road trip haletant et histoire d’amour transgressive, « Seasonal affective disorder » est une pièce à l’énergie folle. Pas d’effets de réel ni d’accessoires, seulement un plateau quasi nu et deux comédiens virtuoses : Anne-Lise Heimburger et Laurent Sauvage. Deux passeurs d’exception qui nous font entendre la beauté mystérieuse du texte de Lola Molina.

Jonglerie métaphysique
Par Lorène de Bonnay
Après le solo « Bruit de couloir », créé en 2013 et qui a tourné en France et en Asie jusqu’en 2017, Clément Dazin présente « Humanoptère », un ballet chorégraphique pour sept jongleurs. Ce spectacle, hybride et puissant, recèle de visions fulgurantes qui questionnent les gestes d’une humanité polarisée sur le travail.

Cet obscur bruissement des souvenirs.
Par Laura Plas
Dans le cadre de la biennale Némo, le théâtre de La Norville présente « Despedirse », pièce sonorisée en 3D de La Cabine Leslie qui joue des ressources cinématographiques pour ouvrir de nouveaux territoires de théâtre. On sort conquis de ce conte troublant sur la filiation, qui sollicite avec finesse la mémoire affective de chaque spectateur.

Thriller alpin
Par Bénédicte Fantin
Le Théâtre Bobino accueille la Familie Flöz, une troupe méconnue en France, qui fait ses premières dates parisiennes avec la création « Hotel Paradiso ». Un objet théâtral original, au croisement du théâtre de masques et du mime. À découvrir !

Un marivaudage rafraîchissant !
Par Bénédicte Fantin
Après « le Bourgeois gentilhomme » et « les Femmes savantes », Catherine Hiegel s’attelle à la mise en scène d’un autre classique du répertoire, au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Là encore, il y a du beau monde en renfort ! De quoi dynamiser le classicisme de la mise en scène.

Nouvel écrin pour un joyau
Par Jean-François Picaut
Depuis des années, l’Orchestre symphonique de Bretagne attendait un lieu qui lui fût propre. C’est désormais chose faite avec le Couvent des Jacobins à Rennes. Le concert inaugural du dix janvier prend une signification particulière puisqu’il fait résonner la musique dans l’un des endroits les plus anciennement occupés de la ville.

Homère en poupe !
Par Laura Plas
Épaulée par cinq formidables comédiens, Pauline Bayle nous fait redécouvrir la langue et le monde d’Homère. Sans céder aux vertiges de l’actualisation ou du péplum, son diptyque« Iliade – Odyssée » exalte le dépouillement pour faire émerger l’imaginaire et la réflexion. Une réussite.

Sensibilité et engagement : un enchantement
Par Jean-François Picaut
La semaine d’avant Noël aura été faste pour l’Orchestre symphonique de Bretagne. Le 20 décembre, il s’est vu attribuer le titre d’Artiste de l’année aux Victoires de la région. Les 21 et 22, il a connu un vrai triomphe pour son concert « Celtic Blues », autour des chansons de la magnifique chanteuse, Rihannon Giddens.

Un homme qui fume, que ça fait du bien !
Par Laura Plas
« Un homme qui fume c’est plus sain », du collectif BAJOUR, s’impose comme un grand moment du festival Impatience. Le spectacle a tout d’un prix du public : une troupe d’excellents acteurs maîtrisant l’art de faire théâtre de rien et une histoire de famille tendre et terrifiante

Albert Camus : « Il y a un bonheur prêt pour nous deux »
Bulletin n°18 : en librairie…
Par Rodolphe Fouano
Albert Camus et Maria Casarès se sont croisés chez Michel Leiris le 19 mars 1944, lors de la lecture-représentation de la farce de Picasso, « le Désir attrapé par la queue ». Cela ne s’invente pas…