« Le Jeu des 1 000 euros », de Bertrand Bossard, Le Centquatre à Paris

« le Jeu des 1 000 euros » © Marco Castro

Un spectacle ludique
et malin

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Inspiré de l’émission de France Inter, « le Jeu des 1 000 euros » met l’humour au service de la connaissance : un jeu d’animation interactif ponctué de la voix des grands auteurs, pour une forme hybride, explosive et toujours prête à dérailler. À la manière des « Visites déguidées » proposées au Centquatre, Bertrand Bossard et son équipe détournent un enregistrement, inventent trucs et astuces pour nous alerter sur la médiocrité qui menace le savoir universel.

Dans le cadre de sa résidence au Centquatre, le metteur en scène et comédien Bertrand Bossard s’est entouré d’un collectif d’artistes pour développer plusieurs créations interdisciplinaires, projet protéiforme intitulé l’Anatomie du chaos. Spectacles, « visites déguidées », performances et autres laboratoires sont autant de rendez-vous insolites. Après Incredibly incroyable, le Jeu des 1 000 euros est la dernière création de cette joyeuse bande qui n’est pas du genre à se prendre au sérieux.

Inspiré de la célèbre émission de France Inter (une des plus anciennes, avec le Masque et la Plume), le spectacle se présente comme l’enregistrement d’une émission, avec candidats invités parmi le public et organisateurs sur scène. Sauf que cet enregistrement ne va pas se dérouler comme d’habitude, au point que son dérèglement va presque menacer l’équilibre du monde !

Institution populaire, le Jeu des 1 000 euros reste l’une des rares émissions de ce type qui fait encore appel à une « vraie » culture générale. Le principe : les organisateurs sillonnent toute la France, sélectionnent des participants, qui tentent de répondre à un quizz envoyé par des auditeurs. Mais, ici, le jeu/spectacle déraille sous la pression des candidats qui se rebellent contre certaines questions, car ils en connaissent un rayon sur les auteurs des citations, faisant du Jeu des 1 000 euros une tribune que l’animateur doit gérer. Et tout cela, prétendument en direct à la radio…

C’est amusant, car le Jeu des 1 000 euros est déjà un spectacle en soi, avec des répliques connues, du suspens, des coups de théâtre et un dénouement. Beaucoup connaissent les règles, les tics de l’animateur (aujourd’hui Nicolas Stoufflet, après Lucien Jeunesse et Louis Bozon), la musique (les fameuses notes du xylophone qui rythment l’émission). Bertrand Bossard et son équipe jouent de ces rites, maîtrisant parfaitement l’interaction avec le public grâce à la présence de complices. Autre réussite du spectacle : la parodie de la cérémonie. En effet, cette émission emblématique a tout d’un rituel, voire d’une liturgie républicaine.

Entre farce et réflexion philosophique

Mais il ne faut pas se fier à cette apparence ludique. Le projet comporte une portée subversive, car l’interruption de l’enregistrement interroge la notion de jeu (aussi bien présente dans le théâtre que les jeux d’argent), dénonce la dispersion fallacieuse de la pensée, la déliquescence du savoir, avec la perte de la mémoire en corollaire. « Le théâtre doit opérer sa fonction dynamique en réveillant les consciences ! » : telle est finalement l’ambition de ces artistes, nous apprend le dossier de presse. Diantre ! Ordonnant – ou désordonnant – un puzzle de visions du chaos constitué par la société contemporaine, le spectacle donne effectivement à entendre la voix de grands auteurs trop souvent déformée par notre société de communication. Et cela de manière subtile. L’émulation engendrée par le dispositif du jeu parvient à mettre au premier plan quelques-uns des hommes et femmes ayant constitué notre humanité, comme Victor Hugo ou Primo Levi. Les tirades sont bien amenées, la fantaisie et l’absurde de Bertrand Bossard font mouche.

En revanche, la dimension fantastique censée nous faire faire un beau voyage au pays du savoir est davantage sidérante qu’intersidérale. Pas franchement convaincant ! Car le spectacle, qui commence comme 2001 Odyssée de l’espace, se termine par une visite dans le cerveau de Gilles Deleuze ! Heureusement, les comédiens sont tous épatants, et le côté décalé de cette drôle d’aventure participe au charme du spectacle dont la démarche de création est très intéressante.

« Partir à la chasse au papillon de ces phrases qui volettent dans notre conscience collective » fut une des étapes préparatoires de ce projet ambitieux, qui a intégré des amateurs du XIXe arrondissement, lesquels ont participé, après plusieurs lectures publiques de textes fondateurs, à ce savant montage qui régénère notre soif de connaissance. Car cet appel d’air, qui ne vise pas à élaborer un savoir encyclopédique, comble intelligemment le vide qui nous entoure. Une façon originale de lutter contre la médiocrité ambiante ! 

Léna Martinelli


Le Jeu des 1 000 euros, de Bertrand Bossard (artiste associé au Centquatre)

Mise en scène : Bertrand Bossard

Avec : Louise Belmas, Bertrand Bossard, Benjamin Farfallini, Pierre Hiessler

Collaboration artistique et dramaturgie : Marion Richez

Régie générale et lumières : Claire Gondrexon

Création sonore et régie : Laurent Sellier et Christophe Hauser

Scénographie : Damien Villière

Costume : Tania Shebabo Cohen

Vidéo : Quentin Delaroche

Composition du morceau la Complainte du métallophone : Albin de la Simone

Photo : © Marco Castro

Le Centquatre • salle 200 • 5, rue Curial • 75019 Paris

Métro : Riquet (ligne 7) ou Stalingrad (lignes 2, 5 et 7)

Réservations : 01 53 35 50 00

billetterie@104.fr

www.104.fr

  • Du 18 au 27 janvier 2013 à 20 h 30, dimanche 20, 27 et samedi 26 à 17 heures, jeudi 24 à 21 heures, relâche le lundi
  • 18 et 19 janvier : avec la participation exceptionnelle en direct d’Albin de la Simone (chanson)
  • 20 janvier : concert de Gérald Kurdian (pop lo-fi)
  • 22 et 23 janvier : concert de Fils de rien (poésie punk)
  • 24 et 25 janvier : avec la participation exceptionnelle en direct du groupe The Rodeo (folk)
  • 26 janvier : avec la participation exceptionnelle en direct d’Élodie Rama (soul folk)

Durée : 1 h 15 (sans le concert)

20 € | 15 € | 12 €

Dès 12 ans

http://www.youtube.com/watch?v=OVkTVdzA9-M

Théâtre de la Commune • 2, rue Édouard-Poisson • 93300 Aubervilliers

Tél. 01 48 33 16 16

Du vendredi 10 janvier au samedi 1er février 2014, mardi et jeudi à 19 h 30, mercredi et vendredi à 20 h 30, samedi à 18 heures, dimanche à 16 heures

Durée : environ 1 h 20

Tarifs : plein tarif 24 €, tarifs réduits 18 € | 16 € | 12 € | 11 € | 9 €

Adhésions : 8 € | 5 €

Autour du spectacle

  • Concert samedi 11 janvier et samedi 1er février, à l’issue des représentations avec Gérald Kurdian
  • Rencontre jeudi 16 janvier, à l’issue de la représentation avec l’équipe artistique
  • Enregistrement du « vrai » « Jeu des 1 000 euros »de France Inter mercredi 18 décembre 2013 à 19 heures, au Théâtre de la Commune, réservations conseillées au 01 48 33 16 16