« Magnétic », de Jérôme Thomas, le Centquatre à Paris

« Magnétic » de Jérôme Thomas © Christophe Raynaud de Lage

Jonglage du troisième type

Par Laura Plas
Les Trois Coups

La compagnie Jérôme Thomas s’associe à l’I.R.C.A.M. pour nous faire découvrir un ovni aux frontières du réel. Difficile mais souvent saisissant, « Magnétic » ouvre de nouvelles voies aux arts de la piste.

En 1995, Jérôme Thomas crée un spectacle dépouillé pour quatre jongleurs : Hic. Plus de vingt ans après, Magnétic revisite cette pièce matricielle en mettant en scène cette fois quatre jeunes femmes talentueuses. Le spectacle se présente ainsi comme une méditation sur le temps : le temps écoulé mais aussi le rapport de l’artiste à son temps.

Contemporaine, la pièce l’est à divers titres : elle confirme la présence féminine dans le monde de la jongle. Elle affirme clairement la porosité entre ce monde et ceux de la danse et des arts visuels. Enfin, elle nous propose en même temps une performance de l’I.R.C.A.M., à l’image de ce qu’on découvre sur le plateau : protéiforme et parfois dérangeante.

Qu’elle est loin la fanfare circassienne ! Sonorités futuristes et déflagrations se mêlent à des bruits non identifiés. À bord de cette navette sonore conçue par Wilfried Wendling, nous passons d’un monde aquatique à un système intergalactique. En définitive, chacun conserve la liberté de se projeter dans l’univers que lui suggère son imaginaire.

« Magnétic » de Jérôme Thomas © Christophe Raynaud de Lage
« Magnétic » de Jérôme Thomas © Christophe Raynaud de Lage

La métaphysique du point et de la ligne

De même, la mise en scène de Jérôme Thomas, dépouillée et abstraite, nous laisse rêver des figures à partir de points (les balles) et de lignes (des tiges élastiques). Cercles et losanges se métamorphosent, sous nos yeux médusés et hypnotisés. Ainsi, Magnétic se joue des illusions que créent la persistance rétinienne ou les brusques alternances entre la lumière et l’obscurité. Un tel effet est le fruit d’un travail remarquable sur la lumière et la régie. Sans lui, le spectacle n’existerait pas comme tel.

La dramaturgie, quant à elle, s’interdit toute narration. Les tableaux se succèdent en se répondant, en proposant des variations ou en s’opposant. Il peut donc s’avérer difficile pour le spectateur de suivre ce qu’il n’arrive pas à cerner. Et si le spectacle est étiqueté tout public, si des enfants peuvent l’aimer, il déconcertera sans doute les amateurs de jonglage « traditionnel ».

Jérôme Thomas a d’ailleurs inventé le nom de « jonglistique » pour désigner sa pratique. On ne cherchera donc pas à déterminer si Magnétic est un concert, un ballet, une performance d’art visuel. Il faut se laisser embarquer, envoûter par cette expérience musicale insolite. On reconnaîtra en tout cas l’aboutissement du projet, la qualité de la prestation des jongleuses et l’audace d’un homme qui continue à explorer, après tant d’années sur scène. 

Laura Plas


Magnétic, de Jérôme Thomas

Compagnie Jérôme Thomas

Mise en scène : Jérôme Thomas

Avec : Audrey Decaillon, Chloé Mazet, Nicoletta Battaglia, Gaëlle Cathelineau ou Ria Rehfuss

Durée : 1 heure

Tout public

Teaser

Photo © Christophe Raynaud de Lage

Le Centquatre-Paris • 5, rue Curial • 75019 Paris

Du 13 au 17 février 2018, le mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, le jeudi à 19 h 30, puis tournée.

De 12 € à 20 €

Réservations : 01 53 35 50 00


À découvrir sur Les Trois Coups :

FoResT, de Jérôme Thomas, par Trina Mounier