« The Hidden Force », d’après  Louis Couperus, La Grande Halle de La Villette à Paris

The-Hidden-Force-Louis-Couperus-Ivo-Van-Hove © Jan Versweyweld « The Hidden Force », de Louis Couperus, mis en scène par Ivo Van Hove © Jan Versweyweld

Tempête sous les tropiques

Par Maxime Grandgeorge
Les Trois Coups 

Ivo Van Hove et la troupe de l’International Theater Amsterdam provoquent une tempête dramatique à la Grande Halle de La Villette en adaptant The Hidden Force, texte troublant de Louis Couperus. Une plongée infernale au cœur d’une communauté coloniale en état de décomposition.

Créé en septembre 2015 par la troupe du Toneelgroep Amsterdam, The Hidden Force marque la première incursion d’Ivo Van Hove dans l’univers de Louis Couperus, figure majeure de la littérature néerlandaise de la fin du XIXe et du début du XXsiècles. Séduit par l’anxiété existentielle qui se dégage de l’œuvre de cet écrivain largement méconnu en France, le célèbre metteur en scène flamand a, depuis, porté à la scène deux autres de ses textes, Petites âmes et Les Choses qui passent. Le premier volet de cette trilogie néerlandaise, tragédie familiale anticipant l’effondrement des empires coloniaux, est repris pour une poignée de représentations.

The Hidden Force, qui se déroule dans les Indes orientales néerlandaises, met en scène le délitement simultané d’une famille et d’un système politique au tournant du XXsiècle. Otto van Oudijck, gouverneur colonial administrant le district de Labuwangi, vit sur l’île de Java avec sa seconde épouse, Léonie, et ses deux enfants, Theo et Doddy, nés d’une première union. Persuadé du bien-fondé de l’entreprise coloniale, censée apporter la prospérité aux peuples autochtones, le gouverneur s’investit pleinement dans sa mission, quitte à délaisser les siens. Entraînés par une « force cachée » contre laquelle ils ne peuvent lutter, Otto et ses proches vont peu à peu s’enfoncer dans une spirale infernale dont nul ne sortira indemne.

The-Hidden-Force-Louis-Couperus-Ivo-Van-Hove © Jan Versweyweld
« The Hidden Force », de Louis Couperus, mis en scène par Ivo Van Hove © Jan Versweyweld

Fidèle à sa réputation de metteur en scène radical, Ivo Van Hove signe un spectacle sombre et troublant. C’est sans fard ni détour qu’il dépeint le délitement de cette communauté coloniale rongée par l’irresponsabilité, la lâcheté et la frénésie sexuelle. Plus question ici de lutter pour conserver le pouvoir, comme le faisaient les personnages des Damnés, de Kings of War ou de Tragédies romaines. Les personnages de The Hidden Force s’enlisent au contraire dans une torpeur et une désolation inextricables, à l’image du couple désespérant interprété par Gijs Scholten Van Aschat et Jalina Reijn. Ivo Van Hove met en scène des êtres en pointillés, perdus au beau milieu d’une contrée étrangère dont ils ne peuvent comprendre la culture, tentant en vain de préserver le peu d’humanité qui leur reste.

Une expérience déroutante

Maître de la provocation, Ivo Van Hove n’épargne rien aux acteurs de l’International Teaser Amsterdam, à qui il demande de se battre, de se traîner par terre et de s’époumoner, le tout dans une humidité infernale. Les spectateurs ne sont pas ménagés non plus par le metteur en scène, qui multiplie à dessein les tableaux provocateurs et ambigus. C’est particulièrement vrai de la scène de douche de Léonie, tableau spectaculaire qui oscille entre la sensualité d’un peep show et l’horreur d’un bizutage gore, au cours de laquelle le corps nu de la jeune femme se retrouve plongé sous un mystérieux déluge sanguinolent, à l’instar de Carrie dans la scène finale du film éponyme de Brian de Palma.

La scénographie orageuse imaginée par Jan Versweyveld décuple le sentiment d’étrangeté qui se dégage de la mise en scène, à la limite de l’irréel et du fantastique. Des trombes d’eau sont déversées sur le grand plateau en bois servant de décor. Les acteurs, éclairés par une lumière diaphane irréelle, évoluent dans une humidité permanente, fouettés par la pluie et enveloppés par la vapeur d’eau. Ce chaos visuel saisissant est accompagné d’une bande-son énigmatique composée par Harry De Wit, mélange de musique occidentale, de musique indonésienne et de bruits naturels. Notes de piano mélancoliques, percussions javanaises traditionnelles et bruits d’eau s’entremêlent pour créer une ambiance sonore mystérieuse teintée d’exotisme, le tout orchestré en direct par le musicien présent sur le plateau.

Énumérer les multiples facettes de The Hidden Force ne saurait suffire à rendre compte de l’expérience déstabilisante qu’offre ce spectacle dense et complexe. À la fois tragédie familiale, réflexion sur le pouvoir, critique du colonialisme et méditation sur le désenchantement occidental, The Hidden Force se laisse difficilement cerner, et encore moins résumer. Tandis que les amateurs d’Ivo Van Hove se laisseront entraîner avec délectation dans ce labyrinthe dramatique, les spectateurs plus réticents au travail du metteur en scène flamand sortiront perplexes de cette expérience éprouvante.  

Maxime Grandgeorge


The Hidden Force, d’après Louis Couperus

Texte : Louis Couperus

Mise en scène : Ivo Van Hove

Adaptation et dramaturgie : Peter Van Kraaij

Scénographie et lumières : Jan Versweyveld

Musique : Harry De Wit

Costumes : An D’Huys

Chorégraphie : Koen Augustijnen 

Assistant metteur en scène : Gilles Groot 

Directeur associé : Wouter Van Ransbeek

Avec : Bart Bijnens, Mingus Dagelet, Jip van Den Dool, Barry Emond, Eva Heijnen, Halina Reijn, Maria Kraakman,Chris Nietvelt, Massimo Pesik, Dewi Reijs, Michael Schnörr, Gijs Scholten van Aschat, Leon Voorberg

Régisseur général : Joost Verlinden

Opérateur sous-titres : Eveline Karssen

Techniciens son :Bart Coenen, Timo Merkies

Techniciens lumières : Martijn Smolders, Sander Van Elteren

Menuisiers : Pepijn Van Beek, Stijn Van Der Leeuw, Daan Westendorp

Technicien vidéo : Jordi Wolswijk

Habilleuse : Farida Bouhbouh

Chargée de production : Angelina Kroft 

Coiffeuse et maquilleuse : Mirjam Venema

Spectacle en néerlandais surtitré en français

Durée : 2 heures

Grande Halle de La Villette • 211, avenue Jean Jaurès • 75018 Paris

Du 4 au  11 avril 2019

De  12  € à 32  €


À découvrir sur Les Trois Coups :

☛ Les choses qui passent, d’après Louis Couperus, par Lorène de Bonnay