« António e Cleópatra », d’après William Shakespeare, Théâtre Benoît‑XII à Avignon

« António e Cleópatra » © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Dans le regard de l’autre

Par Michel Dieuaide
Les Trois Coups

Oser créer son propre « António e Cleópatra », tel est le pari risqué du metteur en scène portugais Tiago Rodrigues et de ses deux interprètes danseurs et chorégraphes, Sofia Dias et Vitor Roriz. Mais pari fascinant.

Tiago Rodrigues, auteur du texte où ne subsistent que quelques citations shakespeariennes, choisit la voie de la réduction au sens positif que donnent à ce mot bien des chefs d’orchestre. Pour raconter les amours tumultueuses d’Antoine et Cléopâtre, pas de distribution pharaonique. Restent uniquement les deux amants. Pas non plus de monumentale scénographie ni de débauche de costumes et d’accessoires. Devant le public, une installation sobre aux couleurs de sable et de mer, que domine une sculpture mobile. Posé sur le sol, un banc de bois ordinaire supporte une chaîne stéréo. On l’aura compris, tout est dans l’épure poétique pour tenter de rapprocher de nous un récit mythique à l’imposante histoire littéraire, théâtrale et cinématographique.

La représentation débute comme elle s’achève. Entrée simple puis sortie de scène identique après que les deux interprètes auront accompli leur partition gestuelle et vocale, pour, selon les mots du metteur en scène, « faire vivre dans un corps étranger l’âme d’un amant ». Une douce et délibérée confusion est établie sur le plateau par les deux protagonistes. D’abord eux-mêmes, puis insensiblement esquisses d’Antoine et Cléopâtre, chacun portant la parole de l’autre, ils nous échappent puis nous reviennent inlassablement. Une étrange chorégraphie des mots comme des corps s’impose par vagues successives. Mais il y aura des pauses pour se reprendre, boire un peu d’eau, capter chez l’autre l’envie de continuer à s’approprier l’histoire d’amour obsessionnelle lue dans le regard du partenaire. Progressivement le duo de danseurs, à force d’évoquer plutôt que d’incarner des personnages, crée un climat fascinant dans lequel la moindre variation corporelle ou parlée émeut, comme sait le faire la musique répétitive d’un Steve Reich ou d’un Michael Nymann. Les sens profonds du texte émergent dans ce cadre formel et ludique. Guerre et paix, sexe et politique, raison et sentiment, tragédie et comédie. Un théâtre non conventionnel s’invente sous nos yeux où l’ironie et l’humour trouvent aussi leur place.

Ce qui fait la richesse de ce spectacle, c’est d’une certaine manière son art du dépouillement. Tiago Rodrigues et ses complices envoient un signal fort et exigeant à ceux qui prétendent qu’on ne peut créer que dans la démesure, y compris financière. António e Cleópatra n’est pas un spectacle pauvre, mais une tentative réussie de renouveler par l’invention d’un nouveau langage théâtral la représentation des récits de légende. Cette création nous allège du poids considérable de l’héritage de l’histoire du théâtre. Elle ouvre la possibilité d’une intimité profonde pour le spectateur avec des amours anciennes qui peuvent, toute proportion gardée, être les sœurs bouleversantes de ses amours d’aujourd’hui. 

Michel Dieuaide


António e Cleópatra, d’après William Shakespeare

Texte et mise en scène : Tiago Rodrigues

Avec : Sofia Dias et Vitor Roriz

Scénographie : Angela Rocha

Lumière : Nuno Meira

Son : Miguel Lima, Sergio Milhano

Costumes : Angela Rocha et Magda Bizarro

Collaboration artistique : Magda Bizarro, Rita Mendes

Photo de Tiago Rodrigues : © Magda Bizarro

Photo de Sofia Dias : © Magda Bizarro

Photo du spectacle : © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Production : Teatro Nacional D.-Maria-II, Mundo Perfeito

Coproduction : Centro cultural de Belém Lisboa, Centro cultural Vila-Flor, Temps d’images

Avec le soutien du : Governo de Portugal / DGArtes, et du Museu da Marinha

Résidences : Teatro do Campo Alegre, Teatro Nacional São-João-Alkantara

Théâtre Benoît-XII à Avignon

Réservations : 04 90 14 14 14

Représentations : les 12, 13, 14, 15, 17, 18 juillet 2015 à 18 heures

Spectacle en portugais surtitré en français

Durée : 1 h 20

Festival d’Avignon : www.festival-avignon.com

Courriel : festival@festival-avignon.com

Renseignements : +33 (0)4 90 14 14 60

Réservations : +33 (0)4 90 14 14 14, de 10 heures à 19 heures