« la Réunification des deux Corées », de Joël Pommerat, Ateliers Berthier à Paris [2]

La Réunification des deux Corées © Élisabeth Carecchio La Réunification des deux Corées © Élisabeth Carecchio

Un Pommerat en mal d’amour

Par Florent Coudeyrat
Les Trois Coups

Aux Ateliers Berthier, la nouvelle création très attendue de Joël Pommerat déçoit autant pour sa scénographie maladroite que pour le survol de son vaste sujet, l’amour. Une troupe de comédiens épatante, ainsi que de fulgurants tableaux à la poésie visuelle envoûtante, parviennent heureusement à sauver l’ensemble.

C’est peu dire que chaque nouvelle création théâtrale de Joël Pommerat est vivement attendue saison après saison. Si l’ancien comédien s’est frotté à l’écriture dès le début des années 1990, il lui aura fallu attendre 2006 pour obtenir une consécration méritée aux molières, puis 2010 pour que le Théâtre de l’Odéon et le Théâtre national de Belgique le nomment artiste associé pendant trois ans. Avec Emma Dante ou Lars Norén, Pommerat a également été sélectionné pour participer à Villes en scène, un projet soutenu par la Commission européenne qui a pour but de présenter les œuvres de différents auteurs-metteurs en scène contemporains à travers toute l’Europe.

Si Pommerat annonce sans rire vouloir monter une pièce par an pendant quarante ans, force est de constater que ce défi est pour l’instant relevé haut la main. Face à cette incroyable boulimie de travail, celui qui ne se contente pas d’écrire ses textes, mais également de les mettre en scène, a su s’entourer d’une équipe technique et de comédiens fidèles, qui participent d’un style immédiatement identifiable autour de tableaux visuels poétiques et oniriques, et d’un jeu sur l’espace sans cesse renouvelé.

Renouveler son inspiration

C’est précisément au moyen de cette curiosité pour l’exploration de scénographies originales que Pommerat tente de renouveler son inspiration d’année en année. La grande réussite visuelle de Ma chambre froide, précédente pièce jouée aux Ateliers Berthier, avait consisté à jouer sur des effets de surprise liés à la mise en place mouvante de l’action sur tout l’espace du plateau, suite aux déplacements imprévisibles des comédiens dans le noir complet, l’éclairage revenu dévoilant une succession de tableaux inattendus et merveilleux.

Le même procédé est utilisé dans la Réunification des deux Corées où les spectateurs se retrouvent, non plus dans un espace circulaire, mais dans une opposition frontale en deux gradins, laissant entre eux une scène aussi étroite en largeur qu’immense en longueur. Alors que la disposition circulaire permettait une vision idéale pour l’ensemble du public, ce long corridor gêne la perception périphérique de l’action, chaque voisin se penchant à qui mieux mieux pour tenter d’apercevoir ce qui se passe aux extrémités. En dehors des effets d’éclairage en damier plutôt réussis, l’utilisation de cette mise en espace ne convainc donc pas pleinement.

L’amour et ses multiples aspects

Le spectateur se demande dès lors, en référence au titre du spectacle, si ce corridor ne symbolise pas l’impossible rapprochement entre les deux Corées. Fausse piste. Sans jamais aborder la question politique entre Séoul et Pyongyang, Pommerat choisit d’aborder un sujet plus universel, celui de l’amour et de ses multiples aspects, à partir de l’exposition de courts fragments d’histoires fictifs ou empruntés à Ingmar Bergman et Arthur Schnitzler.

À partir de ce kaléidoscope de saynètes virtuoses sans aucun rapport entre elles si ce n’est le vaste sujet de l’amour, l’auteur tisse un spectacle un peu creux où l’absence de fil conducteur évacue tout enjeu et toute émotion. Dommage que Pommerat n’ait finalement pas grand-chose à nous dire, car, comme toujours, ses comédiens se montrent tout à fait épatants. On retiendra surtout les femmes, aux rôles sans doute plus marquants, particulièrement dans la scène aussi drôle qu’absurde du mariage avorté par des sœurs unanimement amoureuses du même homme.

Un univers sonore omniprésent

L’usage de l’amplification des voix, sans doute rendue nécessaire au vu de l’étendue de la scène, est encore une fois à regretter tant ce choix uniformise et appauvrit la richesse des timbres et leur perception spatiale. De même, l’utilisation quasi systématique d’un fondu musical, à base de synthétiseur bloqué dans les graves, apparaît comme une facilité rapidement rébarbative, heureusement compensée par quelques extraits de tubes qui offrent des décalages bienvenus. Sur scène, les comédiens prennent parfois le micro pour chanter dans une langue inconnue, nous rappelant ainsi que le langage de l’amour se veut universel. Un bien maigre message pour un spectacle en forme de zapping virtuose, mais un peu vain. 

Florent Coudeyrat


la Réunification des deux Corées, de Joël Pommerat

Cie Louis-Brouillard • 37 bis, boulevard de la Chapelle • 75010 Paris

01 46 07 33 89

Mise en scène : Joël Pommerat

Avec : Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Philippe Frécon, Ruth Olaizola, Marie Piemontese, Anne Rotger, David Sighicelli, Maxime Tshibangu

Scénographie et lumière : Éric Soyer

Musique originale : Antonin Leymarie

Réalisation costumes : Isabelle Deffin

Son : François Leymarie

Vidéo : Renaud Rubiano

Photo : © Élisabeth Carecchio

Ateliers Berthier • 1, rue André-Suares • 75017 Paris

Site du théâtre : http://www.theatre-odeon.eu

Réservations : 01 44 85 40 40

Du 17 janvier au 3 mars 2013 à 20 heures, le dimanche à 15 heures, relâche le lundi et les 26 et 27 février

Durée : 1 h 50

De 6 € à 30 €

Tournée :

  • Du 19 au 30 mars 2013 : Théâtre national de Belgique à Bruxelles
  • Du 10 au 13 avril 2013 : Théâtre Français, Centre national des arts du Canada à Ottawa
  • Du 14 au 15 mai 2013 : La Filature, scène nationale de Mulhouse
  • Du 23 au 26 mai 2013 : Folkteatern à Göteborg (Suède)
  • Du 6 au 8 juin 2013 : Festival de Naples (Italie)
  • Du 15 au 16 juin 2013 : Teatrul national Radu-Stanca à Sibiu (Roumanie)
  • Du 21 au 24 août 2013 (à confirmer) : Festival international de rue à Aurillac
  • Du 24 au 25 octobre 2013 : Théâtre de la Ville de Luxembourg
  • Du 28 au 30 novembre 2013 : Centre national de création et de diffusion culturelles à Châteauvallon