« Otages », de Nina Bouraoui, Théâtre du Point du Jour à Lyon

« Otages » de Nina Bouraoui © Jean-Louis Fernandez « Otages » de Nina Bouraoui © Jean-Louis Fernandez

La naissance d’un monstre

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

Richard Brunel met en scène « Otages », une pièce qui mêle dénonciation d’un travail destructeur, réflexion sur la condition féminine et réalités intimes. Anne Benoît, qui porte cette parole, fascine de bout en bout.

Elle a joué avec les plus grands : Vitez, Bond, Lavaudant, Planchon, Py. Il fallait bien une actrice de cette trempe pour interpréter Sylvie. Cette employée modèle raconte des années de femme trop sage, stoppée sans raison par l’irruption de la violence. Pourquoi a-t-elle un jour poignardé à mort son patron, dont elle était le bras droit ? Le texte de Nina Bouraoui est fort, subtil et polysémique.

Pour le mettre en scène, Richard Brunel traque un personnage pris dans une quête de vérité, entre douleur et opiniâtreté. Debout sur le plateau, son ombre apparaît sur le mur. Derrière, des vitres séparent les différents lieux – l’usine, la maison, la rue –, et à travers les lamelles des stores, Yann Philippe la filme en très gros plan, révélant le moindre des mouvements de son visage si expressif. Son interprétation est pourtant constituée de touches délicates, qui préparent l’arrivée de la violence par sa voix impressionnante, comme si un monstre naissait.

« Otages » de Nina Bouraoui – Mise en scène de Richard Brunel © Jean-Louis Fernandez
« Otages » de Nina Bouraoui – Mise en scène de Richard Brunel © Jean-Louis Fernandez

Vertige

Dans ce palais des glaces où toutes les silhouettes se fractionnent et se renvoient, le talentueux Thierry Luminet est à lui seul le mari, le patron et la victime, le commissaire ou le juge. Il ne change ni de vêtements ni d’apparence, seule sa position donne des indications sur son rôle : il est tous les hommes auxquels Sylvie a toujours obéi.

La virtuosité de la mise en scène et la justesse des comédiens ne doivent pas faire oublier le propos politique de Nina Bouraoui : les relations de pouvoir à l’intérieur de l’entreprise comme de la famille, la manipulation des plus faibles pour lesquels il est si difficile de dire non, l’écrasement des individualités au profit de la réussite des meilleurs. Qui est l’otage de qui ? Elle le dit par bribes : l’emprise qu’a eue son patron sur elle, le sentiment d’avoir été privée de son identité et de son honneur, l’ont conduite à ce geste, fruit d’un engrenage. Un vertige. 

Trina Mounier


Otages, de Nina Bouraoui

Mise en scène : Richard Brunel

Avec : Anne Benoît et Thierry Luminet

Scénographie et costumes : Stephan Zimmerli

Lumière : Laurent Castaingt

Vidéo : Yann Philippe

Son : Michaël Selam

Dramaturgie : Catherine Ailloud-Nicolas

De 5 € à 18 €

Théâtre du Point du Jour • 7, rue des Aqueducs • 69005 Lyon

Réservations : billetterie@pointdujour.fr

Du 27 au 30 novembre 2018 à 20 heures

Durée : 1h05


À découvrir sur Les Trois Coups :

Le cercle de craie, d’Alexander von Zemlinsky, par Michel Dieuaide

Le Silence du Walhalla, par Michel Dieuaide