Pathos impérial
Par Olivier Pansieri
Notre éminente consœur Bénédicte Fantin ayant écrit tout le bien qu’elle pensait de « Saïgon », lors de sa création en 2017 au Festival d’Avignon, je vous renvoie pour l’essentiel à son article. Pour ma part, je veux juste dire mon profond ravissement.

Plus fort que Koh-Lanta : Mythos
Par Olivier Pansieri
Deuxième semaine du festival Mythos. Dans la chaleur inespérée de cet avant-goût d’été, les places de spectacles s’arrachent. Je n’ai pu voir, hélas, que trois prestations, dont une m’a enthousiasmé.

Mythos, le festival qui a la banane
Par Olivier Pansieri
On ne présente plus « Mythos » aux Rennais, ce festival de la parole qui investit la ville avec ses 480 bénévoles et ses 70 spectacles devant plus de 50 000 spectateurs. Camille, Eddy de Pretto, Arthur H, Anne Sylvestre, mais aussi des gens moins connus, tous réunis pour célébrer le printemps du verbe. Où courir, où ne pas courir ?

Viva Forsythe !
Par Olivier Pansieri
La Compañia Nacional de Danza de España revisite ses classiques avec ce « Programme Forsythe » magnifiquement interprété. Après un début sage, la troupe madrilène se déchaîne, nous faisant remonter le temps mais aussi l’explorer avec une ferveur contagieuse.

De l’ironie mordante à la satire grinçante
Par Jean-François Picaut
En cette période où la question des rapports entre hommes et femmes connaît un regain d’actualité brûlant, la compagnie KF association a choisi un texte d’Elfriede Jelinek qui en présente une vision particulièrement violente et sombre.

L’Opéra fait un triomphe au fado
Par Jean-François Picaut
Katia Guerreiro est toujours médecin urgentiste. Mais, en moins de vingt ans, elle s’est imposée comme l’une des plus grandes voix du fado. L’Opéra de Rennes l’accueille dans le cadre de son programme « Divas du monde ».

L’Homme qui ne pouvait plus fermer les yeux
Par Olivier Pansieri
« Jan Karski », mis en scène et adapté du roman éponyme de Yannick Haenel par Arthur Nauzyciel, fut l’un des évènements du Festival d’Avignon en 2011. Depuis, il n’a cessé de tourner dans le monde. Il ne fait pas que rafraîchir la mémoire, il l’honore aussi et rappelle que le monde peut être sauvé par le geste d’un seul homme qui dit non, ici dramatiquement ressuscité. Fort et nécessaire.

Le nain, ce plouc ?
Par  Olivier Pansieri
Sous la baguette attentionnée de Franck Ollu, ce « Nain » donné dans sa forme réduite, fait ressortir les rutilantes trouvailles du Viennois Zemlinsky, compositeur incurablement Art Nouveau. Mathias Vidal prête sa voix puissante au rôle-titre, Julie Robard-Gendre sa forte sensibilité à celui de Ghita et l’Orchestre symphonique de Bretagne sa fougue aux fulgurances de cette lettre ouverte aux sans-cœurs. On est moins convaincu par le reste.

Un Blanc au purgatoire
Par Olivier Pansieri
Cette adaptation du roman de John Maxwell Coetzee, « Disgrâce », a tout pour déplaire. Violences, humiliations, rien ne manque à ce sombre tableau de la vie rêvée des anges déchus de l’Afrique du Sud. Puis on se surprend à le contempler, de plus en plus remué. Quelque chose a lieu là, de l’ordre de l’universel, qui nous étreint et ne nous lâche plus.

Humour et légèreté
Par Jean-François Picaut
Le genre du ciné-concert, qui avait à peu près totalement disparu, connaît depuis quelques années un vrai regain de faveur dans tous les styles. C’est souvent, comme ici, l’occasion de redécouvrir des œuvres injustement tombées dans l’oubli et de faire se rencontrer des créateurs.

Kery James persiste et saigne !
Par  Olivier Pansieri
Reprise au Théâtre national de Bretagne du spectacle « À vif » de Kery James, créé au Théâtre du Rond-Point dans une mise en scène de Jean-Pierre Baro. Cette première pièce du célèbre rappeur fait partout l’unanimité. Même chose ici, à Rennes, devant une salle comble et comblée. Quel est donc le secret d’un pareil succès ?