« Éperlecques », de Lucien Fradin, Présence Pasteur, à Avignon

“Éperlecques” de et avec Lucien Fradin © DR

Éperlecques vaut le détour !       

Par Cédric Enjalbert
Les Trois Coups

Avec beaucoup d’humour et de finesse, le comédien Lucien Fradin mêle, dans Éperlecques, les souvenirs biographiques aux réflexions sociologiques et philosophiques. 

Éperlecques ne vous dit rien ? Suivez le guide : Lucien Fradin vous fait découvrir son bois, ses chapelles et son blockhaus. Le jeune comédien fait de cette bourgade du Pas-de-Calais le cœur d’un spectacle sobre et sensible. Débutant comme une conférence sur Éperlecques, avec rétroprojecteur, photos et enregistrements sonores, cette fiction sociologique se transforme en un récit intime.

Lucien Fradin suit la méthode adoptée par Guy Alloucherie dans la Brique. Dans ce remarquable spectacle, le directeur de la compagnie Hendrick Van Der Zee recherchait  les traces du passé, celui du bassin minier et le sien. Sa compagnie a supervisé la production d’Éperlecques, conçu également comme un fin entremêlement d’histoires personnelles et de réflexions sociologiques, d’éléments biographiques et d’inspirations philosophiques. Dans ce récit, les anecdotes n’en sont pas, car tout compte dans ces détails qui font la vie.

Lucien Fradin, tantôt conférencier à petite moustache et pull désuet, tantôt, à la faveur d’un flashback, timide adolescent de quinze ans, se lance dans une autoanalyse passionnante. Avec une grande délicatesse, il tire les fils de sa mémoire, fouillant l’héritage familial, brossant la généalogie de ses parents. À travers une expérience personnelle, il cerne progressivement « les signes d’une réalité », selon l’expression d’Annie Ernaux. Comme elle, il emploie le « je transpersonnel », parlant de soi pour parler des autres.

“Éperlecques” de et avec Lucien Fradin © DR
“Éperlecques” de et avec Lucien Fradin © DR

Sexe social

Alors que les réseaux sociaux naissent à peine à la faveur d’Internet, Lucien découvre son homosexualité. Premiers émois vécus avec des hommes plus vieux, violence de l’insulte à l’école, déceptions et peurs, il traverse à nouveau sur scène ces souvenirs biographiques qui ne sont pas personnels, car ils portent en eux une dimension collective. Comment vivre avec le sentiment de honte et le poids du secret, dans une commune de 3.500 habitants, qui n’offre pas l’anonymat des grandes villes ? Contre la puissance de l’assignation sociale – être ce qu’on attend de vous –  et dans une forme de solitude.

Le conférencier mentionne ainsi les travaux de la philosophe américaine Judith Butler, auteure d’un livre phare intitulé Trouble dans le genre, paru en 1990… et traduit en français seulement quinze ans plus tard ! Elle y pose la notion de genre, distincte du sexe. Le genre serait en quelque sorte le « sexe social », celui que la société nous attribue depuis la naissance et qu’il est donc possible de changer.

En montant ce spectacle de forme légère, l’acteur contribue à la reconnaissance de ces voix passées sous silences, de ces vies minuscules reléguées dans l’ombre. Avec érudition, mais sans esprit de sérieux, avec de la suite dans les idées et beaucoup d’humour, Lucien Fradin explore les aventures de la conscience d’un jeune homme. Il retrace la formation d’une identité, en même temps qu’il dépeint une tranche de l’histoire contemporaine. Éperlecques vaut le détour ! 

Cédric Enjalbert


Éperlecques de et avec Lucien Fradin

Compagnie Hendrick Van Der Zee, créée par Guy Alloucherie

Conception et interprétation : Lucien Fradin

Création lumière et régie : François Pavot

Dessins : Eve Bigontina

Regards extérieurs : Guy Alloucherie, Didier Cousin, Aurore Magnier et Capu Prioul

Voix : Catherine Fradin, Laurent Fradin et Sylvain Fradin

Durée : 1 h 10

Présence Pasteur • 13, rue du Pont Trouca • 84000 Avignon

Dans le cadre du du Off d’Avignon

Du 7 au 29 juillet 2017, à 14 h20, relâches le 11, 18 et 25 juillet

De 5 € à 12 €

Réservations : 04 32 74 18 54

À découvrir sur Les Trois Coups

La Brique de Guy Alloucherie, par Laura Plas